Tag Archive for: projet de loi 14

Sylvia Martin-Laforge s’entretient avec Michel C. Auger de Radio-Canada sur le projet de loi 14

Sylvia Martin-Laforge s’est entretenue aujourd’hui avec l’animateur de l’émission Pas de midi sans info Michel C. Auger au sujet des préoccupations qu’amènent le nouveau projet de loi 14 déposé la semaine dernière aux communautés d’expression anglaise du Québec.

Pour écouter cette entrevue, sélectionner la troisième partie de l’émission dans le lien suivant:
http://www.radio-canada.ca/emissions/pas_de_midi_sans_info/2012-2013/archives.asp?date=2012-12-10

Sylvia Martin-Laforge au sujet de la loi 14 à CIBL Montréal (101,5 FM)

Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du Quebec Community Groups Network (QCGN) réagit au contenu du projet de loi 14 et traite des conséquences qu’il pourrait avoir sur les communautés d’expression anglaise du Québec dans une entrevue qu’elle a accordée à CIBL Montréal (101,5 FM).

Écouter l’entrevue ici: http://www.cibl1015.com/nouvelles/-/pub/9HcT/content/2284580-la-nouvelle-charte-de-la-langue-francaise-fait-reagir-les-anglophones?redirect=%2F

Point chaud – Réforme de la loi 101 : «Ça va s’arrêter quand?»

Le Quebec Community Groups Network déplore une attaque injustifiée

Le Devoir, Guillaume Bourgault-Côté

Au téléphone, le ton de Sylvia Martin-Laforge est posé, mais les critiques sévères. Parce que le projet de loi 14 alimente, selon la directrice générale du QCGN, l’impression que le gouvernement « veut éliminer le plus possible la présence de l’anglais » au Québec, qu’il s’appuie sur une fausse prémisse voulant que le français recule (« quand on regarde les chiffres de Statistique Canada et de l’Office québécois de la langue française, on voit qu’il n’y a pas de déclin du français, juste une présence plus grande du bilinguisme ») et qu’il propose tout sauf de la « cohésion sociale ».

Par exemple ? La disposition donnant au gouvernement le pouvoir de retirer le statut bilingue dont profitent une centaine de municipalités et d’organismes municipaux depuis l’adoption de la Charte en 1977. Ce statut leur permet un usage limité de l’anglais, le français demeurant obligatoire et prédominant. Or, ce privilège pourrait être aboli si la population anglophone de la municipalité passe sous la barre des 50 % (comme c’est le cas à Kirkland, notamment), indique le projet de loi péquiste déposé mercredi dernier.

Lire la suite…

New Quebec language bill would allow province to strip anglos of access to services in English

Sun News

MONTREAL — Quebec’s new language bill would make it easier to strip thousands of anglophone Quebecers of their access to English-language municipal services.

Bill 14, if passed, would force the Quebec government to evaluate all of Quebec’s 90 official bilingual municipalities and remove the special designation if “it considers it appropriate in light of all the circumstances.”

The bill allows the government to remove bilingual status from a municipality if, according to the federal census, less than 50% of the town’s citizens claim to have English as their mother tongue.

Bilingual cities offer their anglophone citizens the right to access services, such as tax bills, newsletters and other official city documents, in English. A city without such a status can only communicate with its citizens in French.

[…]

Previous provincial governments have looked the other way, since removing the bilingual status of a city is a delicate issue, said Dan Lamoureux, president of the Quebec Community Groups Network, an umbrella organization for 41 anglophone groups in the province.

“Before this government, no one wanted to touch this law with a 10-foot pole!” he said.

Lire la suite…

Projet de loi 14: Des services municipaux en anglais dans la mire

Agence QMI

MONTRÉAL – Des milliers d’anglophones du Québec pourraient ne plus avoir accès à des services offerts par leur municipalité dans leur langue, en raison de la nouvelle loi modifiant la Charte de la langue française.

Si le projet de loi 14 est adopté, le gouvernement du Québec devra en effet réévaluer le statut linguistique bilingue qui est accordé à 90 municipalités et retirer cette désignation spéciale, si «cela est considéré comme approprié dans les circonstances».

Le projet de loi accorde au gouvernement le pouvoir de retirer le statut bilingue d’une municipalité si, selon le dernier recensement fédéral, moins de 50% des citoyens de la municipalité ont fait savoir qu’ils avaient l’anglais comme langue maternelle.

Lire la suite…

Critics concerned with bill 101’s impact on business and English communities

Toronto Sun (QMI Agency), Brian Daly

MONTREAL – A beefed up Bill 101 would hurt Quebec’s English community and paralyze small businesses, critics tell QMI Agency.

The Parti Quebecois, citing the “anglicization of Montreal,” tabled a revised language law this week that would impose more French on subsidized day cares and companies with two to four dozen employees.

It’s actually a watered-down version of the PQ’s original proposal that would have barred adult francophones and immigrants from attending English community colleges.

But even in its scaled-back form, opposition parties have demanded amendments while Quebec’s main English-rights group is sounding the alarm.

Sylvia Martin-Laforge, Director General of the Quebec Community Groups Network, tells QMI that the new Bill 101 would hurt English schools.

Lire la suite…

English CEGEPs breathe sigh of relief

MONTREAL — There was good and bad news on the education front for the English community in the Parti Québécois’ new take on Bill 101. The best news for many in the anglophone community was that the government backed away from prohibiting any non-English-speaking students from attending English CÉGEPs.

“That is very good news,” said Gilbert Héroux, director-general of Vanier College. “That would have had a major impact.”

[…]

These measures run counter to the spirit of generosity English Quebecers have the right to expect after Premier Pauline Marois described the anglophone community as a “richness” for the province, said Sylvia Martin-Laforge, director-general of the Quebec Community Groups Network. “Our potential renewal depends on keeping our institutions open and vital,” she said. “The English-speaking communities don’t agree with the premise that the French language is in great peril.”

Lire la suite…

Accueil tiède pour la nouvelle loi 101

Le Devoir, Guillaume Bourgault-Côté
Ni tollé ni grnad enthousiasme: c’est plutôt tièdement que le projet de réforme de la loi 101 présenté par le gouvernment Marois a été accueilli mercredi. Dans le clan des relativement satisfaits, le Mouvement Québec français a salué ce “pas dans la bonne direction”, tout en le qualifiant “d’insuffisant pour assurer l’avenir du français au Québec”.

[…]

Du côté anglophoneLes inquiétudes sont plus systématiques au Quebec Community Groups Network, où la directrice Sylvia Martin-Laforge soutient qu’un “cadre réglementaire plus stric n’est pas nécessaire” dans le contexte actuel.Mais dans tous les cas, les organismes interrogés mercredi ont affirmé vouloir étudier plus en profondeur les propositions du gouvernement Marois. “Pour le moment, ce n’est pas évident de savoir ce que ça voudra dire concrètement”, dit Mme Martin-Laforge.

Lire la suite…

Le QCGN encourage la communauté d’expression anglaise à prêter une attention particulière au projet de loi 14

Montréal, le 5 décembre 2012 – Le Quebec Community Groups Network (QCGN) encourage toutes les institutions de la communauté d’expression anglaise, qu’elles agissent dans les domaines de la santé et des services sociaux, de l’éducation ou auprès des municipalités, à demeurer attentifs au contenu du projet de loi 14 afin de ne pas miner nos droits acquis. 

« Mme Marois a dit que la communauté d’expression anglaise constitue « une richesse » pour le Québec et que les changements proposés furent conçus de sorte qu’ils n’affectent pas les droits de notre communauté », souligne le président du QCGN, Dan Lamoureux. « Nous croyons qu’il s’agit là d’un execice d’équilibre délicat et nous étudierons l’ébauche législative avec minutie, en plus de participer activement au processus de consultations pour nous assurer que la vitalité de nos institutions et de notre communauté ne sera pas touchée négativement. »

Lire la suite…