Posts

2021: l’année du français

By Mathieu Bock-Côté

Pour la première fois depuis longtemps, on a beaucoup parlé de l’avenir du français en 2020. La question est revenue au cœur de l’actualité et tous attendent avec espoir et inquiétude la nouvelle loi 101 annoncée par Simon Jolin-Barrette.

Espoir, car le jeune ministre représente la meilleure part du nationalisme caquiste. Espoir aussi car le ministre a envoyé de nombreux signaux pour faire comprendre à la population qu’il était pleinement conscient de la situation dramatique du français.

Read more (In French only)

Débats : L’avenir du français au Québec

Par Serge Joyal, sénateur à la retraite

L’auteur s’adresse au premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Je prends l’initiative de vous écrire parce que je crois personnellement que la situation à laquelle vous êtes confronté remet en cause la conception même du Canada, et les principes sur lesquels il est fondé.

Depuis les derniers mois, il y a une offensive orchestrée au Québec par les partis et mouvements indépendantistes, et des groupes nationalistes pour amener le gouvernement canadien à soumettre à la loi 101 les agences et entreprises à charte fédérale. Celles-ci représentent à peine 4 % de la main-d’œuvre, une proportion somme toute minime. Le but est de contrer ce qu’on estime être un « déclin du français » à Montréal, qui sévirait dans les commerces du centre-ville.

Lire la suite

Québec rabroue Ottawa sur la loi 101

Le gouvernement Legault rejette la proposition d’Ottawa d’utiliser la Loi sur les langues officielles pour protéger le français dans les entreprises de compétence fédérale.

Le gouvernement du Québec affirme que toutes les entreprises du Québec – y compris celles de compétence fédérale – doivent être assujetties à la loi 101.

Le gouvernement Legault rejette ainsi la proposition d’Ottawa de soumettre ces entreprises à de nouvelles dispositions qui seraient ajoutées à la Loi sur les langues officielles. Le premier ministre Justin Trudeau a affirmé mardi que son gouvernement voulait participer à la protection du français comme langue de travail au Québec, mais qu’il utiliserait une loi fédérale pour y arriver.

Lire la suite

À langue égale

La situation précaire du français à Montréal et dans la région métropolitaine n’est plus contestée, même à Ottawa. Au point où le gouvernement fédéral se préparerait à adopter des mesures pour étendre la Loi sur les langues officielles aux entreprises de compétence fédérale présentes au Québec, a appris Radio-Canada.

La pression exercée au Québec pour assujettir ces secteurs économiques à la loi 101 fait son effet. Il y a eu la motion unanime de l’Assemblée nationale, appuyée par six grandes villes, dont Montréal et Laval, les grandes centrales syndicales et, ce qui a semblé attirer l’attention du premier ministre Justin Trudeau, six anciens premiers ministres québécois, qui l’ont directement interpellé. Ce mouvement n’est pas près de cesser puisque le gouvernement Legault prévoit de présenter d’ici l’été sa réforme de la loi 101.

Lire la suite

Il faut appliquer la loi 101 aux artistes

C’est un geste extraordinaire que viennent de poser les six anciens premiers ministres du Québec encore vivants.

Dans une lettre ouverte publiée hier, ces personnalités politiques d’allégeances différentes réclament d’une seule voix qu’Ottawa applique la loi 101 à toutes les entreprises du Québec qui sont sous juridiction fédérale. Après 40 ans de loi 101, il est plus que temps.

Lire la suite

Charest et Couillard: héros de la loi 101?

Daniel Johnson, Jean Charest et Philippe Couillard ont signé la même lettre ouverte que Pierre-Marc Johnson, Lucien Bouchard et Pauline Marois. Ces six anciens premiers ministres demandent ce que six maires des plus grandes villes réclamaient déjà la semaine dernière pour défendre le français.

Lire la suite

Six premiers ministres font front commun pour le français

Les six anciens premiers ministres du Québec toujours vivants s’unissent pour demander que l’application de la Charte de la langue française soit étendue aux entreprises sous juridiction fédérale.

Dans une rare unanimité entre libéraux et péquistes, Pierre-Marc Johnson, Daniel Johnson, Lucien Bouchard, Jean Charest, Pauline Marois et Philippe Couillard signent aujourd’hui une lettre ouverte en appui aux élus de l’Assemblée nationale dans leur demande face à Ottawa.

Cette sortie publique a été organisée à l’initiative de l’ex-chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe.

Lire la suite

Trudeau pressé d’agir sur la loi 101

Les partis d’opposition aux Communes pressent le gouvernement Trudeau d’agir dès maintenant pour assujettir les entreprises à charte fédérale à la loi 101, dans la foulée de l’appui en ce sens de six ex-premiers ministres québécois.

Pierre Marc Johnson, Daniel Johnson, Lucien Bouchard, Jean Charest, Pauline Marois et Philippe Couillard ont exprimé leur soutien, mercredi, à ce que la Charte de la langue française s’applique à de telles entreprises en sol québécois, comme les banques et les compagnies de télécommunications.

Lire la suite

Les anciens premiers ministres font bloc

Les six anciens premiers ministres québécois serrent les coudes avec les élus de l’Assemblée nationale dans leur tentative d’étendre la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale au Québec, y voyant un moyen de défendre et de promouvoir la langue française. À l’initiative de l’ex-chef bloquiste Gilles Duceppe, Philippe Couillard, Pauline Marois, Jean Charest, Lucien Bouchard, Daniel Johnson et Pierre-Marc Johnson ont signé une déclaration dans laquelle ils manifestent leur « appui » à la motion « réaffirm[ant] que la protection de la langue française est essentielle et prioritaire en tout temps et que la Charte de la langue française doit s’appliquer aux entreprises de compétence fédérale au Québec » qui a été adoptée à l’unanimité par le Parlement québécois le 24 novembre dernier.

Lire la suite

Anglos skeptical about CAQ plan to reinforce French Language Charter

November 25, 2020 – Members of Quebec’s English-speaking community have reacted with skepticism over promises by the Legault government to respect the rights of the minority in its overhaul of the French Language Charter. “We heard the same thing about Bill 40, and the Quebec English School Boards Association is in court now defending our constitutional right to manage our own schools,” said Kevin Shaar, vice-president of the Quebec Community Groups Network. Read more