Posts

Le français, c’est nous

Par Justin R. Dubé et étudiant à la maîtrise en histoire à l’UQAR

Le déclin du français a effectué un retour en force dans l’actualité québécoise. Depuis trop longtemps, nous nous contentons effectivement d’ériger de fragiles digues en augmentant le nombre d’inspecteurs à l’Office national de la langue française ou en réalisant de jolies campagnes publicitaires.

Frédéric Lacroix et tant d’autres ont prouvé l’urgence de réformer la loi 101 et l’immigration, entre autres : des solutions existent et sont bien connues. Pourquoi ne sont-elles pas appliquées ? Aurions-nous oublié pourquoi nous avons besoin de parler français?

Read more (In French only)

Réforme de la loi 101 : Si seulement il y avait des solutions faciles

Par Mario Polèse et Pierre Fortin, professeurs émérites, respectivement à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Nous n’envions pas le ministre Simon Jolin-Barrette, responsable de la modernisation de la loi 101. Le déclin du français à Montréal nous inquiète tous. Il faut le stopper, voici la commande. Sans lancer une guerre de chiffres (on finit toujours par voir ce que l’on veut), c’est vrai que le poids des francophones dans la métropole a diminué, celle des anglophones aussi, conséquence inéluctable de la montée des langues tierces. C’est vrai aussi que la connaissance de l’anglais reste un critère d’embauche quasi incontournable et que l’anglais s’entend de plus en plus dans les rues du centre-ville. Tout cela renforce le sentiment que la ville est en train de nous échapper.

Read more (In French only)