Nous voilà gênés de parler notre langue…

Jamais, au grand jamais, je n’aurais cru qu’après les combats pour imposer le français au Québec j’assisterais à une situation aussi déprimante que décourageante.

Les Québécois francophones n’ont pas peur que de la COVID-19. Non, ils sont gênés de parler leur langue maternelle en présence des anglophones.

C’est le cas de nombre de fonctionnaires fédéraux sondés pour les besoins du Commissariat aux langues officielles. Mais le pire, c’est que non seulement ils craignent de parler français, mais ils ont peur d’être mal compris par leurs collègues anglophones ou de passer pour des « fauteurs de trouble ». Si l’on décode cette expression, l’on comprend qu’ils redoutent peut-être d’être accusés de « séparatisme ». Donc de risquer ainsi de compromettre leur possibilité d’avancement dans la fonction publique fédérale!

Read more (In French only)