Le français, c’est nous

Par Justin R. Dubé et étudiant à la maîtrise en histoire à l’UQAR

Le déclin du français a effectué un retour en force dans l’actualité québécoise. Depuis trop longtemps, nous nous contentons effectivement d’ériger de fragiles digues en augmentant le nombre d’inspecteurs à l’Office national de la langue française ou en réalisant de jolies campagnes publicitaires.

Frédéric Lacroix et tant d’autres ont prouvé l’urgence de réformer la loi 101 et l’immigration, entre autres : des solutions existent et sont bien connues. Pourquoi ne sont-elles pas appliquées ? Aurions-nous oublié pourquoi nous avons besoin de parler français?

Read more (In French only)