Un sondage québécois sur les liens anglo-franco révèle un conflit et un consensus

Il y a un paradoxe enfoui dans un récent sondage sur les relations entre les communautés anglophones et francophones du Québec.

Seulement 12% des anglophones qui se disent «très attachés» au Québec ont une opinion négative des francophones. Alors que les francophones qui ont un fort attachement au Québec ont tendance à voir les anglophones sous un jour plus négatif. Trente pour cent des francophones qui se disent «très attachés au Québec» ont une opinion défavorable des anglophones.

Les résultats faisaient partie d’un sondage mené pour l’Association d’études canadiennes et le Quebec Community Groups Network. Un nouveau rapport sur l’étude, publié à la veille de la Fête nationale, a été co-écrit par le vice-président de l’ACS, Jack Jedwab.

Lire la suite (en anglais seulement)