Archive d’étiquettes pour : Hausse des frais de scolarité

McGill et Concordia intentent une action en justice pour demander au Québec d’annuler la hausse des frais de scolarité

Le Quebec Community Groups Network (QCGN) partage les frustrations de McGill et de Concordia qui ont mené à la décision des deux universités de se tourner vers les tribunaux, dans des actions distinctes, pour tenter d’annuler les fortes hausses de frais de scolarité qui ciblent spécifiquement les étudiants de l’extérieur de la province, déclare la présidente du QCGN, Eva Ludvig.

Lire la suite

Hausse des frais de scolarité au Québec : Les universités McGill et Concordia intentent une action en justice

La volonté du gouvernement du Québec de continuer à cibler les étudiants universitaires de l’extérieur de la province en augmentant les frais de scolarité est « très dommageable » pour les universités McGill et Concordia, déclare Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du Quebec Community Groups Network (QCGN). Dans un reportage vidéo réalisé par Global News, elle souligne que de graves dommages sont simultanément infligés « à Montréal et au Québec ».

Lire la suite

McGill Daily

Le nouveau régime de frais de scolarité de la CAQ est pire que le premier

« Il est clair que les seuls francophones que la CAQ (Coalition Avenir Québec) veut attirer sont les francophones d’Europe », affirme le comité éditorial du McGill Daily. Dans un résumé enflammé, il cite Eva Ludvig, présidente du Quebec Community Groups Network (QCGN) : « Si un gouvernement essayait de concevoir un plan pour réduire à néant les universités anglophones du Québec, il ressemblerait beaucoup à celui-ci ».

Lire la suite

Le plan du gouvernement du Québec pour tuer les universités anglophones

Dans son analyse de la façon dont le gouvernement de la Coalition Avenir Québec traite les universités anglophones, la chroniqueuse Toula Drimonis cite un message antérieur de la présidente du QCGN, Eva Ludvig : « Si un gouvernement tentait de concevoir un plan pour réduire à néant les universités d’expression anglaise du Québec, il ne s’y prendrait pas autrement ».

Lire la suite

Les universités anglaises sont fondées à intenter une action en justice pour contrer la hausse des droits d’inscription, selon un avocat

Le Quebec Community Groups Network (QCGN) tire la sonnette d’alarme quant à l’augmentation des frais de scolarité pour les étudiants de l’extérieur de la province. « Les Québécois d’expression anglaise vous diront qu’ils se sentent actuellement ciblés », déclare Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du QCGN. Parmi les conséquences probables : « Les gens ne viendront pas au Québec parce qu’ils n’auront pas l’impression de pouvoir y travailler à l’avenir…. Ce n’est pas un endroit accueillant pour les Canadiens des autres provinces, pour les étudiants internationaux et pour les travailleurs ».

Lire la suite

McGill et Concordia peuvent intenter une action en justice contre le Québec au sujet de la hausse des frais de scolarité et des exigences en matière de français, selon des avocats

« La discrimination fondée sur la langue est une discrimination », déclare l’avocat constitutionnaliste Julius Grey. Il cite l’article 15 de la Charte fédérale des droits et libertés ainsi que l’article 10 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. La récente législation québécoise est fondée sur une « politique identitaire », déclare Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du Quebec Community Groups Network (QCGN), ajoutant qu’au fur et à mesure que le débat public se développe, elle juge le processus de raisonnement du gouvernement de plus en plus « troublant ». En même temps, dit Mme Martin-Laforge, le Québec s’inflige deux coups d’épée dans l’eau – l’un en nuisant à la réputation de Montréal comme ville universitaire accueillante et inclusive, et l’autre en créant un impact potentiel sur l’économie.

Lire la suite

Le plan catastrophique sur les droits de scolarité est une « attaque directe » contre les universités anglophones, selon McGill

Les mesures mises à jour qui s’appliqueront aux étudiants de l’extérieur de la province dans les universités anglophones du Québec « sont bien pires que celles annoncées le 13 octobre », a déclaré Deep Saini, directeur de l’Université McGill, en faisant référence à la mesure initiale proposée qui visait à doubler les frais de scolarité pour ces étudiants. « Le gouvernement Legault poursuit une voie qui pourrait entraîner la ruine de deux des trois universités anglophones du Québec et un grave déclin économique à Montréal », déclare la directrice générale du Quebec Community Groups Network, Sylvia Martin-Laforge.

Lire la suite

La hausse des frais de scolarité au Québec et l’exigence de francisation constituent une « attaque ciblée » : Le président de McGill

Les mesures que le gouvernement de la Coalition Avenir Québec entend imposer aux universités de langue anglaise créent des « menaces existentielles évidentes » pour ces institutions, déclare Eva Ludvig, présidente du QCGN, dans un communiqué.

Lire la suite

Le plan catastrophique sur les frais de scolarité est une « attaque directe » contre les universités anglaises, selon McGill

Le Québec a l’intention d’aller de l’avant avec de nouvelles mesures s’appliquant aux universités de langue anglaise. Dans une lettre envoyée à McGill, Concordia et Bishop’s, la ministre provinciale de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, explique que les frais de scolarité pour les étudiants de l’extérieur de la province augmenteront de 33 % à partir de l’automne prochain, et que 80 % de ces étudiants devront atteindre un niveau intermédiaire en français à partir de l’automne 2025. Le Quebec Community Groups Network fait partie des nombreuses voix qui s’élèvent contre ces mesures.

Lire la suite

« Catastrophique » : Le Québec s’apprête à imposer des exigences plus élevées en matière de langue française dans les universités anglaises

Les dernières propositions du gouvernement de la Coalition Avenir Québec visant à protéger le français créent des « véritables menaces existentielles » pour les universités anglophones du Québec, déclare Eva Ludvig, présidente du Quebec Community Groups Network. L’objectif du gouvernement de faire en sorte que 80 % des étudiants de l’extérieur de la province qui fréquentent ces établissements atteignent un niveau intermédiaire de français à la fin de leurs études est « complètement irréaliste », affirme Fabrice Labeau, vice-provost de l’Université McGill.

Lire la suite