Articles

Quebec language minister says changes to Bill 101 are not an attack on English

November 24, 2020 – The Coalition Avenir Québec government will soon make changes to Quebec’s French language charter. Simon Jolin-Barrette announced that he will table legislation to modify Bill 101 early in the new year. But as Gobal’s Raquel Fletcher reports, he has revealed few details of what that plan will actually look like, which is causing some anxiety in the English community. Read more

Anglos skeptical about CAQ plan to reinforce French Language Charter

November 25, 2020 – Members of Quebec’s English-speaking community have reacted with skepticism over promises by the Legault government to respect the rights of the minority in its overhaul of the French Language Charter. “We heard the same thing about Bill 40, and the Quebec English School Boards Association is in court now defending our constitutional right to manage our own schools,” said Kevin Shaar, vice-president of the Quebec Community Groups Network. Read more

Opinion: Time for CAQ government to stop seeing anglos as a problem

Rather than picking fights with our community, we urge the Legault government to alter course, work with us, and cease defining us as a problem, writes QCGN President Geoffrey Chambers in this opinion piece for The Gazette. Chambers argues that today’s English-speaking community is invested in Quebec. We have encouraged and enabled our children to develop French-language skills. We accept and celebrate the predominance of French as the linguistic and cultural norm here. We don’t see ourselves, our language, or our culture as something bad that must be suppressed. Our community’s bilingualism is an asset to be celebrated — as multilingualism is applauded in any European country. Read more

Opinion: Anglos’ COVID-19 anxiety should be understood, not deflected

It is more important to understand why there is a difference in reporting anxiety levels among Quebecers than to deflect, writes Jack Jedwab, President of the Association for Canadian Studies (ACS). An ACS/QCGN survey reveals that some 34 per cent of Quebec anglophones know someone who has been diagnosed with the virus compared with 21 per cent of francophones.That partly explains the differences in levels of anxiety felt by anglophones and francophones, Jedwab writes. Read more

Faced with poll showing COVID-19 fears among English speakers, Legault blames media

A new poll shows that English speakers in Quebec are significantly more worried about COVID-19 than French speakers, and are almost twice as likely to wear a mask. Faced with these numbers on Wednesday, Legault lashed out at English-language media, saying at a press conference that the Montreal Gazette in particular “has a certain responsibility.” Read more

Comparaisons entre l’Ontario français et le Québec Anglais : What do Québec Anglos want?

Les récents événements en Ontario français ont amené à tenter certaines comparaisons entre ce que vivent au quotidien les Franco-Ontariens et les Anglo-Québécois. À première vue, leurs situations sont bien différentes. Mais la communauté anglophone a aussi ses demandes.

D’entrée de jeu, le président du Quebec Community Groups Network (QCGN), Geoffrey Chambers, tient à apporter son soutien aux dernières revendications des Francos-Ontariens face aux décisions du gouvernement Ford. L’ancien d’Alliance Québec réprouve celles-ci.

À ceux qui pensent cependant que le panier de récriminations est vide pour les anglophones du Québec, il n’en est rien.

Le représentant du réseau regroupant 58 organismes anglophones à travers le Québec convient que « les intérêts peuvent être différents d’une région à l’autre ». Il y a sûrement une différence dans une région comme Québec, qui compte près de 15 000 anglophones et Montréal. Là, c’est plutôt 600 000 personnes qui maîtrisent la langue de Leonard Cohen, selon les chiffres de 2018 de l’Institut de la statistique du Québec.

Pour 2019, Geoffrey Chambers voit notamment trois points sur lesquels le QCGN demeurera vigilant. Alors qu’en campagne électorale, la Coalition Avenir Québec (CAQ) a signifié son intention d’abolir les commissions scolaires, il n’est pas question d’accepter une telle décision si cela touche aux commissions scolaires anglophones. Elles sont importantes pour la survie de plusieurs communautés.

Lire la suite

Un député de la CAQ promet d’agir sur la signalisation à l’hôpital de Lachute et revient 17 heures plus tard

Le secrétaire du premier ministre François Legault responsable des relations avec les Québécois d’expression anglaise, semble avoir brisé le rang jeudi soir, affirmant qu’il travaillait en privé pour résoudre un conflit linguistique à l’hôpital de Lachute.

Le député Christopher Skeete a écrit sur Twitter qu’il était en contact avec les bureaux des ministres de la Santé et de la Culture et a suggéré aux personnes concernées de “rester à l’écoute”.

“Le (premier ministre) a raison de dire que nous devons respecter nos lois, mais les soins de santé est une autre affaire”, a déclaré Skeete.

“Surtout dans des régions comme Lachute où nous avons 17% d’anglophones.”

Le mois dernier, le chien de garde linguistique du Québec a ordonné à l’hôpital de retirer les pancartes anglaises indiquant «urgence» et «stationnement» autour de l’hôpital, ce qui a provoqué le tollé des maires locaux.

Plus tôt jeudi, Legault avait déclaré qu’il ne protégerait pas les panneaux anglais, expliquant que «la loi 101 doit être protégée».

Lire la suite (en anglais seulement)

Un groupe de défense des droits des Québécois d’expression anglaise affirme que Legault a tort au sujet de la loi 101 et des hôpitaux

Un groupe de défense des droits des Québécois d’expression anglaise affirme que le premier ministre du Québec, François Legault, a mal interprété la manière dont la loi 101 s’applique aux hôpitaux et demande une rencontre immédiate avec le premier ministre.

Jeudi, M. Legault a défendu la décision prise par une autorité régionale de la santé d’enlever l’anglais des pancartes de l’hôpital de Lachute, à environ 60 kilomètres au nord-ouest de Montréal.

L’hôpital a commencé à camoufler les mots anglais en décembre après que l’Office québécois de la langue française a déclaré qu’il ne respectait pas les lois linguistiques du Québec. L’hôpital offre des services en anglais et en français.

«Je pense que nous devons respecter la loi et qu’ils ne la respectaient pas. La loi 101 doit être respectée. C’est ce que nous allons faire », a déclaré Legault. «Comme vous le savez, les anglophones continueront d’avoir le droit de bénéficier de services en matière d’éducation et de soins de santé. Je ne vois donc pas l’importance de disposer de panneaux bilingues.»

Mais le réseau du Quebec Community Group, qui représente 53 organismes communautaires anglophones, n’est pas de cet avis.

«Il est absurde de prétendre que vous avez accès aux services de santé et aux services sociaux en anglais si vous ne savez pas où se trouvent les services», a déclaré Geoffrey Chambers, président du QCGN, dans un communiqué. «Ne pas avoir une signalisation claire est un obstacle aux services. Si vous ne trouvez pas le service, il ne vous sera pas disponible. ”

Lire la suite (en anglais seulement)

Macpherson: Un appel à «éteindre» la dissidence minoritaire au Québec

Une dénonciation des membres des minorités qui se plaignent de leur traitement au Québec comme «ennemis… du Québec francophone».

En plus de cette dénonciation, un appel à «éteindre ces foyers d’intolérance», dans un message que l’auteur reconnaît, pourrait être utilisé par  «des malins et des personnes avec de violents préjugés».

Est-ce seulement un autre scandale de la part d’un membre de la communauté haineuse en ligne qui se cache derrière un pseudonyme, et qui est considéré exceptionnel seulement pour son manque de fautes d’orthographe?

Non, mais d’une chronique publiée dans le quotidien le plus lu au Québec, sur son site Web, et présenter sur le réseau de télévision le plus populaire de la province, toutes propriétés de l’empire médiatique Québecor de Pierre Karl Péladeau.

Même dans le journal vedette de Péladeau, Le Journal de Montréal, qui compte une pléiade de chroniqueurs minoritaires, je ne me souviens pas avoir jamais lu quelque chose d’aussi troublant que la chronique du 5 janvier de Denise Bombardier intitulée «Les québécophobes».

Vous pouvez lire la chronique en français ici :  journaldemontreal.com/2019/01/05/les-quebecophobes et vous en faire votre propre opinion.

Vous pouvez également écouter Bombardier en faire la promotion à TVA à tvanouvelles.ca/videos/5986318403001, où elle a faussement accusé les anglophones du Québec de ne pas soutenir les minorités francophones du reste du Canada, comme les Franco-Ontariens touchés par les récentes compressions budgétaires effectuées par le gouvernement Ford. En effet, le Quebec Community Groups Network et la Montreal Gazette, entre autres, ont vite fait de venir à la défense des Franco-Ontariens

Lire la suite (en anglais seulement)

Le QCGN s’oppose vivement au projet d’abolition des commissions scolaires au Québec

Montréal, 14 décembre 2018 – Le Quebec Community Groups Network n’a aucunement l’intention de tenir compte de l’avis exprimé par le premier ministre Premier François Legault à notre communauté pour lui faire abandonner tout plan de contester le projet du gouvernement de la Coalition avenir Québec qui consiste à abolir les commissions scolaires et à les remplacer par des centres de services aux écoles.

Admettant que lui et son ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, n’ont pas encore discuté de leur plan avec la communauté québécoise d’expression anglaise, le premier ministre a déclaré hier au journal The Gazette qu’il entend aller de l’avant avec cette réforme controversée. Le QCGN s’étonne que François Legault ait même osé prédire qu’une fois les centres de services mis en place, notre communauté « réalisera n’avoir rien perdu ».

« Nous rejetons catégoriquement cette déclaration, a affirmé le président du QCGN, Geoffrey Chambers. Le jugement de la Cour suprême du Canada dans la cause Mahe c. Alberta ne pouvait être plus clair. La Cour a statué que les communautés linguistiques en situation minoritaire ont le droit de contrôler et de gérer les centres d’enseignement fréquentés par leurs enfants pour assurer et permettre l’épanouissement de notre langue et de notre culture. »

 

Lire la suite