Archive d’étiquettes pour : élections provinciales 2018

Qu’arrive-t-il lorsqu’on déclenche des élections et les électeurs non francophones ne votent pas?

Dans les circonscriptions où les non francophones sont moins nombreux que les francophones, la participation moyenne était de 53 %, 13 points de moins que la moyenne de 66 %

À l’exception du Parti égalité qui visait à défendre les droits des anglophones de la province en 1989, Jacob Hughes a toujours apposé un X à côté du candidat libéral sur les bulletins de vote provinciaux.

Mais pas cette fois-ci.

Lors des élections la semaine passée, il n’y a pas eu de X du tout parce qu’il est resté à la maison.

« La Coalition Avenir Québec faisait son entrée et les Libéraux allaient gagner ici. À quoi bon? » a dit M. Hugues, 64 ans.

Il parlait en rangeant des courses dans le coffre de sa voiture dans le stationnement du Centre commercial Côte-Saint-Luc qui chevauche les circonscriptions de D’Arcy-McGee et de Notre-Dame-de-Grace, deux des 13 circonscriptions où moins de la moitié de la population parle le français à la maison.

Les Libéraux ont tourné le dos aux anglophones et ne méritaient pas son vote de toute façon, a ajouté M. Hugues, en citant la décision du parti de « dire aux gens qu’ils ne peuvent pas dire ‘Hi’ dans un magasin ».

Hughes est une des raisons pour lesquelles le nombre d’électeurs non francophones a chuté le 1er octobre.

Qu’est-ce qui est arrivé?

Lire la suite (en anglais seulement)

Quel est le sort réservé aux anglophones?

Dans un entretien avec Caroline Van Vlaardingen de CTV Montréal, Geoffrey Chambers, président du Quebec Community Groups Network, a dit que la communauté suivrait de près le nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec, veillant à ce que les préoccupations des Québécois d’expression anglaise ne soient pas ignorées.

Voir la vidéo (en anglais seulement)

Le Quebec Community Groups Network réagit à la victoire « historique » de la CAQ

Tina Tenneriello de City News s’entretient avec le président du QCGN, Geoffrey Chambers, sur les résultats de la soirée électorale.

Voir la vidéo (en anglais seulement)

Votre vote: les groupes communautaires de Montréal

Le jour du scrutin électoral, Tina Tenneriello de City News s’entretient avec le président du QCGN, Geoffrey Chambers, pour discuter l’importance du vote des Québécois d’expression anglaise.

Voir la vidéo (en anglais seulement)

 

Opinion : un programme électoral pour les Québécois d’expression anglaise

Par Geoffrey Chambers
Président du QCGN

Le tout premier débat des chefs télévisé en anglais était un moment important et la preuve qu’il y ait davantage de volonté dans toute la classe politique du Québec d’atteindre les Québécois d’expression anglaise dans leur propre langue. Le débat a également signalé la reconnaissance de la part de tous les partis que personne ne peut se permettre d’ignorer notre communauté de plus d’un million de personnes.

La promesse du Parti Québécois de ne pas faire de référendum pendant son premier mandat est ouvertement lié à un programme de politiques qui vise à faire la souveraineté dans les 10 prochaines années. Il y a aussi un discours électoral progressif, mais franchement souverainiste du côté de Québec solidaire. La plateforme de la Coalition Avenir Québec soulève des points en matière d’éducation et d’immigration qui ne tiennent pas compte des besoins de notre communauté.

Pendant la deuxième moitié de son mandat, le premier ministre libéral, Philippe Couillard, avait commencé à répondre aux demandes de longue date de plusieurs organisations d’expression anglaise, y compris le Quebec Community Groups Network.

En novembre dernier, son gouvernement avait lancé un Secrétariat aux Relations avec les Québécois d’expression anglaise, une entité que nous sommes heureux de noter que les chefs des quatre principaux partis ont promis de maintenir.

Lire la suite (en anglais seulement)

Au lendemain des élections, d’insensibles pancartes libérales tiennent toujours dans un cimetière irlandais

Victor Boyle a commencé à en entendre parler tôt mardi matin sur Facebook.

De grandes pancartes électorales — deux qui vantent le Parti Québécois et une troisième les Libéraux — sont apparues à côté de la Roche Noire sur la rue Bridge près du pont Victoria.

L’emplacement du monument commémoratif est l’un des endroits des plus solennels pour la communauté irlandaise de Montréal. Le rocher commémore les 6000 immigrants irlandais qui ont survécu à la Grande Famine pour finalement mourir du typhus à Montréal. Ils ont été enterrés dans des fosses communes près du pont.

« C’est un cimetière et 6000 personnes sont enterrées sous ces pancartes électorales », explique Boyle, qui est venu de Hemmingford en voiture pour constater les dégâts pour lui-même. « Ils sont en train de profaner le souvenir de 6000 âmes irlandaises ».

Lire la suite (en anglais seulement)

Frustrés, ils songent à délaisser le PLQ pour la CAQ

“Dans un revirement qui pourrait être historique, des anglophones frustrés pensent délaisser le Parti libéral du Québec aux prochaines élections provinciales. Ils s’estiment tenus pour acquis.”

Plusieurs Québécois d’expression anglaise ont exprimé la possibilité de voter pour un autre parti que le Parti Libéral du Québec, qui récolte systématiquement le vote de la communauté depuis au moins 40 ans. Des citoyens tels que Gary Shapiro, et l’ancien député du Parti Égalité, Robert Libman, ont commenté sur le sujet.

La directrice générale du QCGN, Sylvia Martin-Laforge, nuance en disant que rien n’est gagné d’avance pour la Coalition Avenir Québec.

Lire l’article sur le site de TVA Nouvelles

Allison Hanes: Les promesses aux anglos doivent être remplies avant les élections

“The next Quebec election is still eight months away, but already it’s starting. The quadrennial flirtation between political parties and Quebec anglophones, that most awkward and unfulfilling of courtships, is upon us again.”

La chroniqueuse de la Gazette Allison Hanes demande aux parties politiques du Québec de travailler plus fort afin de gagner le vote des Québécois d’expression anglaise. Notamment, Hanes écrit que les promesses de la Coalition Avenir Québec présentées par François Legault lors d’une entrevue sur les ondes de CJAD sont déconnectés des volontés de la communauté d’expression anglaise. Les actions faites par les Libéraux ont également été froidement accueillis par la communauté telles que la réforme du système de santé, la tentative de réforme en éducation et le projet de loi 62.

À ce titre, Hanes fait référence aux demandes faites par le Quebec Community Groups Network lors d’une rencontre avec le comité éditorial où ses représentants ont dit souhaiter que le nouveau Secrétariat soit établi comme instance officielle de l’Assemblée nationale par voie législative. Le QCGN précise que le Secrétariat est un élément clé afin d’assurer que les intérêts de la communauté soient considérées par des employés de la fonction publique qui écrivent des politiques et préparent les programmes.

Lisez l’article dans la Montreal Gazette