Archive d’étiquettes pour : Comité d’accès provincial

Opinion : Le message de la CAQ aux Québécois anglophones semble fort et clair

Au cours des derniers mois, les Québécois d’expression anglaise ont été de plus en plus témoins de signaux alarmants.

Il y a moins de deux mois, le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) a vidé de sa substance le comité provincial chargé de conseiller le gouvernement sur la prestation des services sociaux et de santé aux Québécois d’expression anglaise. Il cherche maintenant à remplacer les membres évincés, vraisemblablement par d’autres qui pourraient être plus dociles. Cela a laissé dans les limbes les programmes d’accès régionaux qui énumèrent les services disponibles en anglais dans une région donnée.

Sans consulter notre communauté, le cabinet de la CAQ a nommé la semaine dernière un nouveau sous-ministre adjoint responsable du réseau éducatif anglophone ainsi que des relations interculturelles et autochtones, le plus haut fonctionnaire responsable des services aux Québécois d’expression anglaise. Le candidat choisi est un fonctionnaire de carrière qui n’a aucune connaissance ou expérience évidente de notre réseau d’enseignement en langue anglaise. Pendant ce temps, le ministre de l’Enseignement supérieur a annulé un projet d’expansion du campus du Collège Dawson, qui était surpeuplé.

Lire la suite

La réforme du comité d’accès aux soins inquiète les défenseurs de la santé

Un règlement modifiant la composition du Comité d’accès provincial (CAP), l’organe de révision qui supervise les programmes élaborés par les régies régionales de la santé pour assurer l’accès aux services de santé en anglais, a été adopté discrètement à la fin décembre.

“Il est difficile de voir l’effet de cette réforme sur les soins fournis aux personnes, mais cela ne facilite pas les choses”, déclare Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du QCGN.

Lire la suite

Québec adopte un nouveau règlement afin d’améliorer l’accès aux soins de santé en anglais

Le ministre de la santé et des services sociaux était à l’Hôpital Général du Lakeshore lundi pour présenter un nouveau règlement qui vise à améliorer l’accès pour la communauté minoritaire d’expression anglaise.

Le règlement, qui crée un comité d’accès provincial, est le résultat d’une collaboration de trois ans entre les défenseurs des droits des personnes d’expression anglaise et le ministre de la santé.

« En bout de ligne, les seuls droit que vous avez existent seulement s’il sont écrits dans un plan d’accès que vous pouvez poursuivre en justice parce que c’est un vrai droit, explique l’avocat Eric Madoff.

Me Maldoff dirige le Comité de la santé et des services sociaux du Quebec Community Groups Network (QCGN), l’un des deux groupes qui ont participé à la rédaction du nouveau règlement.

Lire la suite et voir la vidéo (en anglais seulement)

Quebec veut créer un comité qui supervise l’accès aux services de santé aux anglophones

C’est bien d’avoir des droits, mais c’est mieux d’avoir des droits que l’on peut défendre en justice, disait à la blague l’avocat Eric Maldoff, suite à l’annonce lundi que le gouvernement prévoit créer un comité officiel responsable de maintenir l’accès aux soins de santé et aux services sociaux en anglais.

Le ministre de la santé du Québec, Gaétan Barrette, et Kathleen Weil, la ministre responsable des relations avec les Québécois d’expression anglaise, ont annoncé la création d’un Comité d’accès provincial.

Barrette explique que les problèmes qu’on les personnes d’expression anglaise de naviguer dans système de santé existaient bien avant l’adoption de la Loi 10, laquelle a aboli des conseils locaux et diverses institutions.

« J’annonce la solution a un problème qui a déjà existé », dit-il. « J’ai compris que la communauté voulait avoir une voix en passant par un comité d’accès ».

Les fonds mis de côté pour le comité seront rendus publiques ultérieurement », ajoute M. Barrette.

Eric Maldoff, qui dirige le Comité de la santé et des services sociaux du Quebec Community Groups Network, a salué le ministre Barrette d’avoir donné suite à un engagement.

Maldoff croit que les droits des personnes d’expression anglaise ne peuvent pas dépendre sur la bonne foi du gouvernement.

Lire la suite (en anglais seulement)