Articles

Mon Québec : Les Québécois d’expression anglaise sont assiégés, mais bénis

Pour les Québécois d’expression anglaise, être une minorité à l’intérieur d’une minorité peut être à la fois un fardeau et une bénédiction, écrit la sénatrice à la retraite et ancienne rédactrice en chef de The Montreal Gazette, Joan Fraser. Alors que la division linguistique est l’une des caractéristiques qui nous définit, les Québécois ont aussi beaucoup de points en commun, poursuit Joan Fraser qui siège au Conseil d’administration du Quebec Community Groups Network et qui agit à titre de vice-présidente d’APPELE-Québec, le groupe de coordination formé pour défendre les commissions scolaires anglophones.

Lire la suite (en anglais seulement)

Le QCGN appuie la collecte de fonds d’APPELE-Québec GoFundMe pour soutenir la contestation judiciaire contre le projet de loi 40

Notre communauté a le droit constitutionnel de gérer et de contrôler ses écoles. Or, le gouvernement de la Coalition Avenir Québec a privé notre communauté d’expression anglaise de ce droit fondamental et, ensemble, nous devons lutter pour le récupérer. Nos neuf commissions scolaires anglophones en association avec l’Association de commissions scolaires du Québec ont entamé une contestation judiciaire pour faire invalider la Loi 40. Cette loi controversée abolit nos commissions scolaires démocratiquement élues et les transforme en centres de services contrôlés par le gouvernement. Notre action en justice fait valoir que ce bouleversement de notre système d’éducation contrevient au droit de notre communauté linguistique en situation minoritaire de gérer et de contrôler nos écoles. Ce droit fondamental garantit, en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, le droit à l’éducation dans l’une des deux langues officielles du Canada. Il s’agit là d’un élément essentiel de la dualité linguistique; il est la pierre angulaire de notre identité nationale. Il a fallu cinq ans aux parents francophones de la Colombie-Britannique pour obtenir gain de cause, renforçant ainsi les droits à l’éducation dans la langue de la minorité. Tout comme nos homologues de la côte Ouest, nous épuiserons tous les recours et nous irons jusqu’au bout. Nul doute que ce combat sera long et coûteux. Nous vous invitons à faire un don à notre campagne GoFundMe pour soutenir cette action en justice visant à défendre les droits constitutionnels de la communauté d’expression anglaise du Québec et à faire avancer les droits linguistiques de tous les Canadiens. Chaque don, petit ou grand, sera fort apprécié. Mais plus important encore est de motiver un grand nombre de donateurs afin de prouver sans équivoque à nos gouvernements que nous croyons en nos droits et que nous sommes prêts à lutter pour les protéger. Merci de bien vouloir apporter votre contribution, quelle qu’elle soit, et de nous aider à faire circuler cette information en la diffusant largement dans tous vos réseaux.

https://ca.gofundme.com/f/quebec-bill-40-court-challenge

Des groupes de la communauté d’expression anglaise contestent la constitutionnalité du projet de loi no 40

Le président d’APPELE-Québec et ancien membre de l’Assemblé nationale, Geoffrey Kelly, dit que Québec pourrait avoir aisément exempté les commissions scolaires anglophones du projet de loi no 40. Maintenant, il ajoute que son groupe est préoccupé par un processus électoral trop complexe et, tel que structuré, il est difficile de se présenter pour un poste de direction à son centre. Son groupe a proposé plusieurs solutions pour simplifier le processus électoral et pour clarifier les rôles et les responsabilités des nouveaux directeurs.

Lire la suite (en anglais)

Des groupes d’expression anglaise du Québec prévoient contester le projet de loi no 40 en cour

« Nous croyons que les droits des minorités sont importants dans notre société », explique le président d’APPELE-Québec, Geoffrey Kelly, à Alessia Simona Maratta de Global News. « Et ce gouvernement n’a pas une très bonne réputation lorsqu’il est question de respecter [ces droits] ».

Lire la suite (en anglais)

Projet de loi 40 : vers une contestation de la réforme par des organismes anglophones

Une alliance d’organismes représentant des parents et des éducateurs anglophones questionne la constitutionnalité du projet de loi 40 sur la gouvernance scolaire. Elle réclame le renvoi du projet de loi en Cour d’appel, à défaut de quoi les organismes pourraient entamer eux-mêmes des procédures légales.

Lire la suite

APPELE-Québec animera les audiences communautaires sur le projet de loi no 40

APPELE-Québec (The Alliance for the Promotion of Public English-language Education in Québec) animera un audience publique cet après-midi sur le projet de loi no 40, une Loi modifiant principalement la Loi sur l’instruction publique relativement à l’organisation et à la gouvernance scolaires.

Lire la suite (en anglais seulement)