Roberge a bon espoir d’obtenir des sommes pour la francisation

Le ministre québécois de la langue française, Jean-François Roberge, souhaite qu’une partie des 4,1 milliards de dollars du Plan d’action fédéral pour les langues officielles soit allouée à la francisation. Il réitère ainsi une demande qu’il avait formulée au printemps dernier. Une telle mesure créerait un précédent. Les autorités d’Ottawa confirment qu’elles sont disposées à discuter de ce sujet avec le Québec, à condition que l’objectif soit de protéger les communautés linguistiques minoritaires – et non de les former au français. Eva Ludvig, présidente du Quebec Community Groups Network (QCGN), condamne l’approche adoptée par le Bloc Québécois et rappelle que le QCGN a plaidé pour le retrait de toute mention de la Charte de la langue française du Québec dans la nouvelle loi fédérale sur les langues officielles parce qu’il craignait les répercussions négatives d’un cadre à deux vitesses sur la communauté anglophone du Québec.

Lire la suite