LES PRIX COMMUNAUTAIRES DU QCGN

La Sénatrice et journaliste de longue date Joan Fraser, le commentateur et humoriste Josh Freed et le militant communautaire Martin Murphy se sont mérité le 11e Prix Goldbloom. Joshua Arless, un commissaire scolaire avant-gardiste, a remporté le cinquième prix annuel des Jeunes Québécois aux commandes. Lire le communiqué de presse 

La Sénatrice Joan Fraser

La Sénatrice Joan Fraser a eu un double impact sur notre communauté. Le premier fut durant sa remarquable carrière de journaliste de 33 ans, notamment comme une leader pragmatique à The Gazette à Montréal. Pendant de nombreuses années au journal, elle s’est distinguée par son éloquence, autant dans ses écrits que par sa personne. Elle s’est tournée vers la politique active en 1998, une dynamo intrépide et défenseure des droits linguistiques des minorités au Sénat du Canada jusqu’à sa retraite l’année dernière. La carrière de la Sénatrice est jalonnée d’exemples de réalisations et de leadership à la fois impitoyable et empathique. Au final, cependant, aucune de ses contributions se sont avérées les plus incontestables ou durables que sa profonde compréhension – et de la défense constante et efficace – des principes fondamentaux des droits linguistiques de la minorité, quel que soit le groupe linguistique. Plus récemment, la Sénatrice Fraser s’est ralliée à la défense des commissions scolaires anglophones en péril au Québec. Son travail a incarné et aidé à ancrer le noyau biculturel distinct qui fait de nous une nation aussi remarquable. Elle a apporté sa pierre à l’édifice pour rendre le Canada une nation plus résiliante, tenace et obligeante.

Josh Freed

Josh Freed ne fait pas que se moquer. Nul ne conteste sa maîtrise indiscutable de sa vocation d’humoriste, un défi des plus difficiles. Depuis des décennies, il y va doucement – en général mais de façon tranchante au besoin – en mettant en lumière, en expliquant, en fêtant et en déplorant les défis quotidiens qui sont le lot de la vie en langue anglaise au Québec. Ses perspectives et ses réflexions résonnent bien au-delà de notre communauté et s’avèrent convaincantes pour ceux de l’autre côté de nos deux solitudes traditionnelles. Son analyse ne ménage personne, mais son point de vue est toujours livré avec affection. Josh Freed réduit à l’essentiel les failles et les travers, les contradictions et les complications qui enrichissent – qui parfois enragent ou même enflamment à l’occasion –  les deux côtés, ce qui est souvent qualifié de notre clivage linguistique et culturel. Outre sa chronique hebdomadaire dans l’édition du samedi du Montreal Gazette, son œuvre comprend sept livres et des douzaines de films documentaires. De façon constante, Josh Freed rassemble les Québécoises et les Québécois de toutes origines avec son humour et sa chaleur.

Martin Murphy

Un gentleman dont l’engagement au service est inébranlable, Martin Murphy est depuis longtemps un défenseur de justice sociale habile et vif. Animé par un sens constant et profond du devoir, il a avancé les causes centrales de la communauté, y compris de meilleures conditions pour nos enseignants; un meilleur accès aux services de langue anglaise pour notre secteur de santé et de services sociaux; et la conclusion positive des négociations houleuses avec le gouvernement fédéral pour s’assurer d’un financement équitable. Il a également œuvré discrètement en tant que parrain de la QVGN tout au long des 24 ans de son histoire. Le talent de Martin Murphy face au défi de taille d’aller au-delà des fractures rurales, urbaines, régionales et sectorielles son légendaires. Il s’est montré particulièrement adepte à garder au centre de notre attention collective le développement et la vitalité de toutes nos petites communautés de langue anglaise, qui sont parsemés dans toutes les régions du Québec.

Joshua Arless

Joshua Arless a déjà passé la majorité de sa vie à faire tomber les barrières et à écraser les stéréotypes. Sept ans après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Arless a été élu à l’automne 2014 au poste de conseiller de la Commission scolaire Lester B. Pearson. Il représente Dorval et Lachine à l’ouest de l’île de Montréal. Il est calme, judicieux et réfléchi. Arless est également gai. En raison de son orientation sexuelle, il a été harcelé en secondaire 1 et forcé à se réfugier dans la bibliothèque de son école, la Lakeside Academy High School à Dorval. Joshua Arless s’est confié à une bibliothécaire qui est ensuite intervenue auprès du directeur de l’école. À la suite de cette intervention, Joshua Arless s’est épanoui. Il devint le vice-président du Comité central des étudiants à Lakeside Academy et a été pendant cinq ans producteur exécutif de TOPS : Performance Education, qui cultive et met en valeur l’éducation artistique en dehors de l’environnement typique des salles de classe. Il est actif en politique et est déterminé à veiller à ce que les droits LGBTQ soient pleinement reconnus et respectés dans l’ensemble du système d’éducation.