Cinquante ans après l’adoption de la Loi sur les langues officielles, la langue demeure une question électorale fédérale

Alors que les élections fédérales coïncident avec le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles du Canada, des organisations de défense des droits aux langues, telles que le QCGN, exercent des pressions pour que les politiciens réexaminent la loi, écrit la professeure Stéphanie Chouinard.

Lire la suite (en anglais seulement)

La communauté anglophone et le CAQ

Au cours d’une table ronde sur City Life sur la première année de la Coalition Avenir Québec au pouvoir, Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du QCGN, discute sur le sujet de la tournée de consultation publique organisée par le gouvernement avec des Québécois d’expression anglaise. L’adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise, Christopher Skeete, est également interviewé.

Voir la vidéo (en anglais seulement)

La fierté et le pragmatisme sont les marques de la première année du mandat de Legault

Le journaliste politique Philip Authier revient sur les moments clés qui ont marqué la première année de la Coalition Avenir Québec au pouvoir. Une série d’initiatives, notamment le plan d’abolition des commissions scolaires et la mise en œuvre du projet de loi 21, ont inquiété la communauté dans son ensemble, a expliqué le président du QCGN, Geoffrey Chambers.

Lire la suite (en anglais seulement)

Un an de gouvernement Legault : des relations tendues avec les minorités

Du plan de réorganisation des commissions scolaires au projet de loi 21, le Journal de Montréal analyse les tensions grandissantes entre la Coalition Avenir Québec et les groupes minoritaires, y compris la communauté d’expression anglaise. Malgré la tension, le gouvernement est disposé à écouter les préoccupations de la communauté, a déclaré le président du QCGN, Geoffrey Chambers.

Lire la suite

L’avenir de l’éducation en français devant la cour suprême

Les juges de la Cour suprême entendront aujourd’hui en audience des communautés de langue minoritaire dans le cadre du procès le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique c. Colombie-Britannique. Bien que l’affaire porte sur les droits linguistiques des francophones en Colombie-Britannique, le QCGN fait preuve de solidarité avec les organisations minoritaires francophones en réclamant une interprétation large et généreuse de l’article 23 de la Charte des droits et libertés. Le QCGN participera aux audiences. Le président Geoffrey Chambers explique que l’objectif est de rappeler à la cour que cet article concerne les minorités anglophones et francophones et explique pourquoi la gestion et le contrôle de l’enseignement dans la langue de la minorité sont tout aussi importants dans le contexte du Québec. “

Lire l’article

Un sondage suggère que les anglophones font peu confiance au gouvernement de la CAQ

Selon un sondage Léger commandé par le QCGN, l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ), la Société de développement économique et d’employabilité des collectivités (CEDEC) et l’association pour les études canadiennes (ACS), la majorité des Québécois d’expression anglaise estiment que la Coalition Avenir Québec ne comprend pas leurs préoccupations.  Le président du QCGN, Geoffrey Chambers, a déclaré que les résultats ne sont pas surprenants et montre par ailleurs « qu’il y a eu une série d’initiatives gouvernementales qui inquiètent beaucoup la communauté ».

Lire l’article (en anglais seulement)

Un sondage révèle que les Anglo-Québécois se méfient du gouvernement provincial

Un sondage montrant que la majorité des Québécois n’ont pas confiance en la Coalition Avenir Québec n’est pas une surprise pour le président du QCGN, Geoffrey Chambers, qui a déclaré: « Je pense que ce gouvernement a donné un certain nombre de signaux faibles indiquant qu’il n’écoute pas vraiment la communauté » dit Chambers. « Ils continuent de parler des conseils scolaires, de ce qu’ils ont fait avec le projet de loi 21 et même de signaux plus durs qui enlèvent nos écoles. »

Lire l’article (en anglais seulement)

Les Québécois anglophones ont des problèmes de confiance avec le CAQ

Un nouveau sondage Léger révèle que 78% des Québécois d’expression anglaise déclarent avoir plus de confiance dans leurs organismes communautaires pour avoir des services dans leur langue maternelle. En ce qui concerne l’éducation, 81% des personnes interrogées ont déclaré avoir confiance avec les conseils scolaires anglophones, selon les cinq groupes communautaires à l’origine du sondage. Les résultats ne sont pas une surprise pour Geoffrey Chambers, président du QCGN, qui affirme que « les résultats démontrent clairement que les Québécois d’expression anglaise ont le sentiment que le premier ministre François Legault et son parti ne comprennent pas les Québécois d’expression anglaise et ne sont pas déterminés à défendre nos droits et nos institutions. »

Lire l’article (en anglais seulement)

Les dirigeants de la communauté anglophone interrogent le moment de la rédaction du rapport sur la CSEM

Les dirigeants de la communauté d’expression anglaise s’interrogent sur le moment de la publication du rapport cinglant de la commission scolaire English-Montréal. Le président du QCGN, Geoffrey Chambers, a réitéré sa position selon laquelle la communauté d’expression anglaise aurait le droit de contrôler et de gérer des institutions protégées par la Constitution.

Lire l’article (en anglais seulement)

Les leaders de la communauté d’expression anglaise du Québec demandent à rencontrer le ministre de l’Éducation

Les dirigeants de la communauté d’expression anglaise, y compris le président du QCGN, Geoffrey Chambers, ont uni leurs forces pour demander une rencontre avec le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, en vue de sa décision sur l’avenir de la Commission scolaire English-Montréal.Lire la suite (en anglais seulement)

Lire la suite (en anglais seulement)

Lettre au ministre de l’Éducation Jean-François Roberge

Un groupe de militants communautaires de longue date a écrit au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, ce matin après son message dans The Montreal Gazette de cette fin de semaine. Ils demandant une réunion urgente pour discuter de la situation à la Commission scolaire English-Montréal.  

Lire la lettre (en anglais et français)

Une chicane linguistique, back to the future?

Émilie Dubreuil de Radio-Canada retrace l’histoire des groupes de pression de la communauté d’expression anglaise et de leurs contributions. Le président du QCGN, Geoffrey Chambers, remarque que le climat politique actuel complique les progrès réalisés par la communauté.

Lire la suite

Un sondage révèle que la majorité des Québécois d’expression anglaise estiment que l’abolition des commissions scolaires mettrait en péril les droits des minorités linguistiques

Dans un entretien avec Global Montreal, Geoffrey Chambers, président du QCGN, cite un nouveau sondage qui montre que la grande majorité des Québécois d’expression anglaise craignent que la suppression des commissions scolaires ne mette en péril les langues minoritaires. Le sondage de Léger Marketing a été commandé par le QCGN, l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ), la Société de développement économique communautaire et d’employabilité (CEDEC) et l’Association d’études canadiennes (ACS)

Lire la suite (en anglais seulement)

Les Québécois d’expression anglaise ne sont pas d’accord avec le plan du gouvernement de la CAQ d’abolir les commissions scolaires

Un nouveau sondage Léger indique que de nombreux Québécois d’expression anglaise croient que les commissions scolaires sont précieuses pour eux et ne veulent pas qu’elles soient abolies.

Lire la suite (en anglais seulement)

Commissions scolaires: les discussions progressent, notent les anglophones

Le président du QCGN, Geoffrey Chambers, a déclaré que la communauté était sceptique à la suite d’information qui a été clandestinement communiquée à la presse indiquant que les Québécois d’expression anglaise seront satisfaits des plans du gouvernement pour l’avenir des commissions scolaires.

Lire la suite