Les mythes sur les anglophones privilégiés et unilingues persistent, selon une étude

La récente étude du Commissariat aux langues officielles remet en question certains mythes persistants concernant la communauté anglophone du Québec et sa relation avec la langue française. L’étude indique qu’une majorité d’anglophones du Québec sont bilingues et qu’une grande majorité d’entre eux pensent qu’il est important que les jeunes du Canada soient fonctionnellement bilingues. « Je trouve décevant que cette étude n’ait pas été reprise par les médias francophones, car c’est le genre de chose qui contribuera grandement à réparer les divisions », déclare Eva Ludvig, présidente du QCGN. « Nous avons plus de choses en commun que nous ne le pensons ».

Lire la suite

Le président du comité des parents d’élèves anglophones, Korakakis, candidat à la présidence de l’EMSB

Katherine Korakakis se lance dans la course pour devenir la prochaine présidente de la Commission scolaire English-Montréal. Parmi ses nombreuses fonctions, Mme Korakakis est vice-présidente du Quebec Community Groups Network.

Lire la suite

La Cour provinciale décide que les commissions scolaires anglophones du Québec peuvent communiquer en anglais

Le Quebec Community Groups Network (QCGN) se réjouit des deux décisions rendues par la Cour d’appel le mois dernier, qui permettent aux commissions scolaires anglophones de continuer à communiquer en anglais. « Nous sommes d’accord avec la Commission scolaire English Montreal pour dire qu’il est insensé d’exiger que les commissions scolaires anglophones communiquent entre elles ou avec l’Association des comités de parents anglophones uniquement en français », a déclaré la présidente du QCGN, Eva Ludvig.

Lire la suite

Le Québec poursuivra l’application de la réglementation sur l’affichage en français, mais retarde les règles sur les appareils électroménagers

Le gouvernement du Québec poursuit l’application de ses nouvelles règles concernant la prédominance du français dans l’affichage commercial. Les entreprises ont jusqu’à juin 2025 pour se conformer à cette nouvelle exigence. Cependant, les nouvelles règles concernant le français sur les appareils électroménagers ont été suspendues en raison de problèmes de fabrication. « Comme l’ont démontré les agences gouvernementales et une multitude d’études médiatiques au cours des derniers mois, la meilleure façon de protéger la langue française ne réside pas dans de nouvelles lois sur l’affichage qui produiront plus de problèmes qu’elles n’en résoudront », déclare Eva Ludvig, présidente du QCGN.

Lire la suite

Droits linguistiques au Québec : des Anglo-Québécois inquiets et indignés

Le gouvernement du Québec intensifie ses efforts pour contenir le déclin du français dans la province, mais la communauté anglophone s’inquiète de l’impact que l’action législative aura sur ses propres droits linguistiques. La vidéo de 4 minutes de l’ONFR TFO présente des « activistes québécois » anglophones, dont Eva Ludvig, présidente du QCGN, et Chad Bean, membre du conseil d’administration.

Regarder ici

L’Université Concordia réduit son budget dans un contexte économique difficile

Alors que l’Université Concordia est confrontée à un déficit de $36 millions, elle a annoncé d’importantes réductions de ses dépenses. Cette annonce fait suite à une baisse historique des inscriptions, que l’institution universitaire attribue à la hausse des frais de scolarité imposée par le gouvernement québécois aux étudiants hors Québec. Eva Ludvig, présidente du QCGN, commente la situation.

Lire la suite

Un nouveau rapport montre que l’usage du français est en déclin au Québec

Un nouveau rapport de 152 pages publié par l’Office québécois de la langue française (OQLF) montre que les adultes âgés de 18 à 34 ans sont des acteurs majeurs du déclin de l’utilisation de la langue française, en particulier en ligne et dans les contextes sociaux. La directrice générale du QCGN, Sylvia Martin-Laforge, affirme que le gouvernement ne peut pas dicter la langue que les jeunes choisissent de parler.

Lire la suite

Le QCGN au gouvernement du Québec : La communauté anglophone fait partie de la solution, pas du problème

« Les Québécois d’expression anglaise ne sont pas l’ennemi », peut-on lire dans la lettre ouverte de la présidente du QCGN, Eva Ludvig, qui demande à la communauté anglophone de s’asseoir à la table du plan d’action du gouvernement provincial visant à protéger et à promouvoir la langue française. « Peu importe que nous soyons d’accord ou non, la communauté anglophone devrait faire partie du processus », ajoute-t-elle.

Lire la suite

LETTRE OUVERTE : QCGN au gouvernement du Québec : La communauté anglophone fait partie de la solution, pas du problème

La communauté d’expression anglaise devrait être incluse dans le plan d’action de la Coalition Avenir Québec pour la revitalisation de la langue française, écrit Eva Ludvig, présidente du QCGN, dans une lettre ouverte au ministre de la Langue française Jean-François Roberge. « La communauté anglophone du Québec a un rôle à jouer dans la promotion et la protection de la langue française », écrit-elle.

Lire la suite

Harmonie bilingue ? Les Canadiens se plaignent moins de l’utilisation du français et de l’anglais

La refonte de la Loi sur les langues officielles l’été dernier « nous donne l’occasion de tourner la page afin de réaliser pleinement la politique linguistique du Canada », déclare le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, dans le rapport annuel sur les langues officielles. La Gazette fait état de l’opposition du QCGN à l’inclusion de références à la loi 101 du Québec dans la loi fédérale C-13.

Lire la suite

Lettre ouverte : Le plan linguistique de la CAQ doit inclure les anglophones

La communauté d’expression anglaise devrait être incluse dans le plan du gouvernement du Québec visant à renforcer la langue française, écrit Eva Ludvig, présidente du QCGN, dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Langue française Jean-François Roberge. « Nous pouvons faire des suggestions raisonnables et constructives pour atteindre cet objectif », explique Eva Ludvig. « Nous faisons partie de la solution, pas du problème ».

Lire la suite

CityNews

Les groupes anglophones réagissent aux 603 millions de dollars accordés par le Québec pour protéger le français

« Les gens ne réagissent pas bien aux mesures coercitives et à l’alarmisme », déclare Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du QCGN, en réaction au plan d’action de 600 millions de dollars du gouvernement de la Coalition Avenir Québec pour protéger la langue française. Elle ajoute que le QCGN n’est pas d’accord avec le fait que la CAQ semble mettre l’accent sur la proportion de français parlé dans les ménages.

Lire la suite

Tom Mulcair : La CAQ prépare-t-elle le français à l’échec ?

Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) n’a pas défini les « critères » qui seraient utilisés pour mesurer si son plan d’action de 600 millions de dollars pour protéger la langue française atteint ses objectifs, écrit l’ancien politicien Tom Mulcair. Mentionnant un récent communiqué de presse du QCGN, M. Mulcair souligne qu’il y a des indications selon lesquelles la CAQ prendra en compte des données sur la langue maternelle et la langue parlée à la maison, ce qui la conduirait à l’échec.

Lire la suite

Le Québec va investir 603 millions de dollars pour protéger la langue française. Les critiques disent que la province a tout faux

Le gouvernement du Québec n’utilise pas de critères statistiques objectifs ou appropriés lorsqu’il affirme que la langue française au Québec est en déclin, déclare Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du Quebec Community Groups Network (QCGN). Les données que le gouvernement cite constamment – et qu’il présente au public – devraient être interprétées avec plus de nuance, ajoute-t-elle.

Lire la suite

« Nous passons à l’offensive », déclare M. Roberge à propos du plan d’action de 603 millions de dollars pour promouvoir le français

Selon Eva Ludvig, présidente du Quebec Community Groups Network, les nouvelles mesures linguistiques dévoilées dimanche matin par le ministre de la Langue française, Jean-François Roberge, manquent de clarté quant à la façon dont le gouvernement évaluera la santé de la langue française. Elle conteste l’approche consistant à utiliser la langue parlée à la maison comme principal baromètre.

Lire la suite