Le sort des Anglo-Québécois

“On dirait que les Anglo-Québécois se sont embellis. Les politiciens cherchent à les courtiser. Il y a deux semaines, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé que son gouvernement établirait un secrétariat chargé de gérer les relations avec la minorité anglophone.”

Dans cet article d’opinion, Christopher Neal démontre comment les erreurs du gouvernement ont ouvert la voie aux partis d’opposition d’essayer d’attirer les Québécois d’expression anglaise. Cela dit, le coeur de son article concerne le nombre décroissant d’élèves dans les écoles anglaises, un déclin qui a commencé lors de l’exode des années 1970. Depuis lors, la plupart des Québécois d’expression anglaise ont appris le français.

Il termine son article en souhaitant que la Loi 101 soit partiellement abolie afin de laisser les francophones inscrire leurs enfants dans les écoles anglaises. Neal mentionne au passage que le QCGN a chaleureusement accueillie la décision de Philippe Couillard d’établir un secrétariat des affaires anglophones

Lisez l’article d’opinion dans Le Devoir