Le gouvernement ne devrait pas appliquer le principe de territorialité à l’égalité des langues officielles du Canada

Le discours du Trône d’hier réitère une valeur canadienne fondamentale, et ce, dans l’esprit de la Charte des droits et libertés, de la Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme et de la Loi sur les langues officielles.

Le discours du Trône souligne que nos deux langues officielles font partie intégrante du tissu social de notre pays et il réaffirme l’obligation du gouvernement fédéral de défendre les droits linguistiques des communautés de langues officielles en situation minoritaire (CLOSM), tant le français que l’anglais, peu importe le lieu de résidence de leurs membres au pays. Citons la Charte : « Le français et l’anglais sont les langues officielles du Canada; ils ont un statut et des droits et privilèges égaux quant à leur usage dans les institutions du Parlement et du gouvernement du Canada ».

Lire la suite