La défense des anglophones dans le projet de loi sur la santé au Québec

Un amendement de dernière minute au projet de loi 15, proposé par le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) – puis abandonné – visait à “introduire des éléments de la loi 96 et de l’Office québécois de la langue française (OQLF) dans l’ensemble de la question des soins de santé” dans le cadre du projet de loi 15, explique Eva Ludwig, présidente du Quebec Community Groups Network (QCGN). Le premier ministre du Québec, François Legault, avait auparavant, note-t-elle, spécifiquement “rassuré la communauté (anglophone) que les services de santé et les services sociaux ne seraient pas impactés, et (ce secteur) n’a pas été inclus dans la loi 96.”

Regardez ici