La communauté anglophone prévoit un rassemblement contre le projet de loi 96 au centre-ville de Montréal

Les leaders de la communauté anglophone de la province ont promis de dénoncer haut et fort le projet de loi 96, qui a été adopté par l’Assemblée nationale mardi.

« Nous sommes très préoccupés par l’érosion des droits de tous les Québécois qui a été introduite par un gouvernement qui semble se soucier davantage de marquer des points politiques pour les prochaines élections que de la bonne gouvernance », a déclaré Matt Aronson, un porte-parole du Quebec Community Groups Network. « Nous espérons que les citoyens reconnaîtront que ce projet de loi est une mauvaise loi et nous espérons que les politiciens provinciaux et fédéraux feront quelque chose pour cette mauvaise loi avant qu’elle n’aille plus loin ».

Lire la suite

The Guardian

Le Québec prend des mesures pour protéger la langue française et restreindre l’usage de l’anglais

Le gouvernement du Québec a réussi à faire adopter de vastes mesures de protection de la langue française qui, selon les critiques, remodèleront tous les aspects de la vie publique.

« Le projet de loi 96 est la plus importante dérogation aux droits de la personne dans l’histoire du Québec et du Canada », a déclaré Marlene Jennings, directrice du Quebec Community Groups Network, qui défend les droits des anglophones dans la province.

Lire la suite

Politico

Ça va trop loin, ou pas assez loin ? Le Québec adopte une nouvelle loi controversée visant à “promouvoir et à valoriser” le français

Le bras de fer autour du projet de loi 96, qui a été approuvé mardi, a opposé le gouvernement majoritaire et les politiciens qui ont déclaré que la viabilité de la langue française était en jeu, aux défenseurs qui ont averti que la loi pourrait affaiblir les libertés civiles dans la deuxième province la plus peuplée du Canada.

« Le projet de loi 96 rendra pratiquement impossible pour quelqu’un de recevoir des services sociaux et de santé de qualité en anglais », a déclaré Marlene Jennings, présidente du Quebec Community Groups Network, une organisation de défense des anglophones de la province, à POLITICO avant le vote. « Cela va avoir un effet négatif sur tout le monde ».

Lire la suite

L’adoption du projet de loi 96 signifie que « c’est un triste jour pour le Québec », déclare l’avocat Grey.

Il y aura des contestations judiciaires et une campagne de pression publique contre le projet de loi 96, qui a été voté mardi après-midi.

Le Quebec Community Groups Network s’est engagé à soutenir toute lutte contre la loi et prévoit d’organiser une campagne de sensibilisation du public, en commençant par une manifestation à Montréal prévue pour jeudi soir.

Lire la suite

Adoption du projet de loi 96 sur la langue, qui promet des changements radicaux pour le Québec

Le projet de loi 96, la législation controversée du gouvernement provincial visant à protéger la langue française au Québec, a été adopté à l’Assemblée nationale.

« C’est un triste jour. Je pense que c’est un triste jour pour tout le Québec », a déclaré la directrice du QCGN, Sylvia Martin-Laforge.

Lire la suite

L’assemblée législative du Québec adopte le projet de loi 96 sur la langue malgré une opposition farouche

Le gouvernement du Québec a obtenu la plus grande expansion de ses lois linguistiques en plus de 40 ans, imposant de nouvelles règles pour renforcer l’utilisation du français dans la fonction publique, l’éducation et les affaires, malgré l’opposition amère de la minorité anglophone de la province.

« L’humeur actuelle de la communauté anglophone est plutôt sombre », a déclaré Joan Fraser, ancienne sénatrice et rédactrice en chef de la Gazette de Montréal, qui siège aujourd’hui au conseil d’administration du Quebec Community Groups Network, un groupe de défense des anglophones.

Lire la suite

Un avocat montréalais affirme que la contestation judiciaire du projet de loi 96 est imminente.

Le Quebec Community Groups Network a critiqué le projet de loi 96 pour de nombreuses raisons, notamment parce qu’il porte atteinte au droit à la vie privée des citoyens, qu’il réduit considérablement la possibilité de recevoir des services publics en anglais et qu’il prévoit des amendes pour avoir parlé une autre langue que le français au travail.

Lire la suite

Le projet de loi 96 affectera-t-il la façon dont les anglophones de la province reçoivent des soins de santé ?

Le projet de loi 96 – selon le gouvernement du Québec – est une réforme modérée qui améliorera la protection de la langue française tout en préservant les services en anglais. Mais les critiques disent que le projet de loi limitera l’accès aux soins de santé et plus encore.

« La petite exemption ne semble s’appliquer que si la vie d’une personne est en danger de mort imminente », a déclaré Marlene Jennings, présidente du Quebec Community Groups Network.

Lire la suite

Les craintes de la réforme de la Charte de la langue française

« Premier ministre Legault, pouvez-vous nous entendre maintenant ? » a déclaré la présidente du QCGN, Marlene Jennings, lors de la manifestation du 14 mai contre la loi 96.

Lire la suite

Le ministre de la langue du Québec affirme que le projet de loi 96 n’a pas d'”intentions cachées”.

Le ministre responsable de la langue française affirme que le gouvernement Legault n’a pas d'”intentions cachées” avec le projet de loi 96, et insiste sur le fait que le statu quo sera maintenu pour les communautés anglophones et autochtones en ce qui concerne l’accès aux services de santé et aux services sociaux.

Les critiques, dont le Quebec Community Groups Network, ont déclaré qu’en vertu du projet de loi 96, sur les 1,1 million de résidents qui se sentent plus à l’aise pour recevoir des soins de santé en anglais, 300 000 à 500 000 ne seront plus admissibles.

Lire la suite