Difficile d’être servi en anglais à la RAMQ

La Régie de l’assurance maladie du Québec a une politique qui favorise à tout prix le français dans les communications avec sa clientèle. Au détriment de la sécurité des citoyens, selon certains groupes sociaux. La Presse dresse le portrait de pratiques qualifiées «d’intimidantes», par des anglophones de Montréal.
Lorsque Jasmine Papillon-Smith a appelé la Régie de l’assurance maladie (RAMQ) cette semaine, elle a été choquée du message d’accueil qu’elle a reçu. «La Régie vous informe qu’elle communique d’abord en français avec sa clientèle.» Un message qu’elle n’hésite pas à qualifier de tentative d’intimidation.
«Ça m’a frappée, c’était vraiment impoli. J’ai eu l’impression qu’on me disait que même si je suis malade, puisque je suis anglophone, je devrais attendre, qu’on ne veut pas me parler. C’est vraiment déplacé, insultant venant de la RAMQ qui offre des services essentiels», a souligné la jeune femme de 21 ans, étudiante à l’Université Concordia.
Depuis janvier 2012, la RAMQ a adopté une nouvelle politique linguistique en matière de service à la clientèle.
Read More (FR)

Financement des langues officielles – À la défense des communautés anglophones du Québec

Le Devoir

N’en déplaise au Bloc québécois, au Nouveau Parti démocratique et au Parti québécois, le commissaire aux langues officielles estime primordial que des projets menés par la communauté anglophone du Québec reçoivent un financement fédéral.

Dans une lettre transmise au Devoir et écrite en réponse à un article publié mercredi, Graham Fraser se dit « déçu de voir la réaction de plusieurs politiciens » devant la décision du gouvernement fédéral d’octroyer un financement de 4,4 millions pour la réalisation de 22 projets, dont les trois quarts pour la communauté anglophone. Ceux-ci sont financés selon les critères des programmes Développement des communautés de langues officielles et Mise en valeur des langues officielles.

Financement des langues officielles – À la défense des communautés anglophones du Québec

Le Devoir

N’en déplaise au Bloc québécois, au Nouveau Parti démocratique et au Parti québécois, le commissaire aux langues officielles estime primordial que des projets menés par la communauté anglophone du Québec reçoivent un financement fédéral.

Dans une lettre transmise au Devoir et écrite en réponse à un article publié mercredi, Graham Fraser se dit « déçu de voir la réaction de plusieurs politiciens » devant la décision du gouvernement fédéral d’octroyer un financement de 4,4 millions pour la réalisation de 22 projets, dont les trois quarts pour la communauté anglophone. Ceux-ci sont financés selon les critères des programmes Développement des communautés de langues officielles et Mise en valeur des langues officielles.

 

Langue – Une incompréhension profonde

Le Devoir

Graham Fraser – Commissaire aux langues officielles  14 juillet 2012 Québec

Il existe une différence fondamentale entre montée de l’anglais, langue internationale utilisée dans le commerce, et les besoins très réels des communautés anglophones du Québec.

J’ai été déçu de voir la réaction de plusieurs politiciens provinciaux et fédéraux à l’annonce des subventions appuyant des projets des communautés anglophones du Québec et de relever la prémisse selon laquelle ces groupes sont voués à la promotion de l’anglais aux dépens du français. À mon avis, cette réaction découle d’un malentendu et semble démontrer une incompréhension profonde de la réalité des communautés minoritaires anglophones du Québec.

Lire la suite…

Langue – Une incompréhension profonde

Le Devoir

Graham Fraser – Commissaire aux langues officielles  14 juillet 2012 Québec

Il existe une différence fondamentale entre montée de l’anglais, langue internationale utilisée dans le commerce, et les besoins très réels des communautés anglophones du Québec.

J’ai été déçu de voir la réaction de plusieurs politiciens provinciaux et fédéraux à l’annonce des subventions appuyant des projets des communautés anglophones du Québec et de relever la prémisse selon laquelle ces groupes sont voués à la promotion de l’anglais aux dépens du français. À mon avis, cette réaction découle d’un malentendu et semble démontrer une incompréhension profonde de la réalité des communautés minoritaires anglophones du Québec.

Read More…

Financement de groupes anglophones à Montréal – NPD, Bloc et PQ sont outrés

Le Devoir

La langue anglaise est-elle en détresse à Montréal et au Québec ? C’est la question qu’ont posée hier avec ironie le Parti québécois et le Bloc québécois, à la suite de la confirmation par le gouvernement conservateur de l’octroi de 4,4 millions en subventions à des organismes anglophones de la métropole.

Les 22 projets choisis par Ottawa et dévoilés lundi seront financés par les programmes Développement des communautés de langue officielle (19) et Mise en valeur des langues officielles (3). Le premier « favorise l’épanouissement des communautés francophones et anglophones minoritaires du pays », tandis que le second vise à « aider les Canadiens à comprendre l’importance de la dualité linguistique ».

Read more…

Minorité linguistique, de l’Est à l’Ouest

Jean Baptiste Lasaygues, La Source (Vancouver)

L’histoire du Canada a toujours été marqué par les rapports, tantôt tendus tantôt cordiaux qu’entretiennent francophones et anglophones. Si la situation des francophones de Colombie-Britannique nous est assez familière, qu’en est-il de la minorité anglophone au Québec ? Nous avons décidé de dresser un portrait de la situation de ces deux minorités linguistiques en interrogeant la Fédération des francophones de Colombie-Britannique (FFCB) et la Quebec Community Groups Network (QCGN).

Read the integral article in pdf format here.

Read the article online here.

Ottawa investit 4,4 millions $ dans 22 projets d’appui aux langues officielles

Le gouvernement fédéral investit 4,4 millions de dollars pour soutenir 22 projets qui ont comme objectif d’appuyer les langues officielles dans la région métropolitaine de Montréal.

C’est le secrétaire parlementaire de la ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Rona Ambrose, Jacques Gourde, qui a procédé à l’annonce du financement de ces projets lundi à Montréal, au nom du ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, James Moore.

Une partie des fonds fédéraux (3,2 millions de dollars) sont alloués afin de soutenir des organismes de la minorité anglophone au Québec. Quant à l’autre portion du programme (1,2 million de dollars), elle vise « à aider les Canadiens à mieux comprendre et apprécier l’importance de la dualité linguistique ».

La Fédération des chambres de commerce du Québec, le Quebec Community Groups Network, le Réseau national des galas de la chanson et l’English Speaking Catholic Council sont parmi les organismes qui recevront des subventions.

Read more…

4 M$ pour la minorité anglophone de Montréal

Roxane Léouzon, Métro 
 
Ottawa donne un coup de pouce au développement de la communauté anglophone de Montréal. Vingt-deux projets se partageront un financement de 4 415 801$ accordé par le gouvernement fédéral pour renforcer le bilinguisme dans la région de Montréal.
La majorité des projets et des organisations financés sont anglophones ou bilingues. Parmi eux se trouvent le Quebec Community Groups Network, le Youth Employment Services Foundation et la Fédération des Chambres de commerce du Québec. «Dans la région de Mont¬réal, les anglophones sont minoritaires», a justifié hier Jacques Gourde, secrétaire parlementaire pour les Langues officielles. Il a soutenu par ailleurs que ces initiatives stimuleraient l’économie. «L’art et la culture, très présents au sein de ces projets, sont importants pour la vitalité économique de Mont¬réal. Montréal ne serait pas ce qu’elle est sans la culture», a ajouté le député de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière.

Langues officielles: Ottawa favoriserait l’anglais

Ève Lévesque, Agence QMI

En accordant de l’aide financière à dix-sept projets d’organismes anglophones de la grande région de Montréal, Ottawa a fait bondir les organismes de défense de la langue française.

Le financement de plus de 4 millions $, déjà prévu au budget, est destiné à 22 projets au total, et vise à favoriser l’épanouissement des communautés francophones et anglophones minoritaires du pays. Les sommes proviennent des Programmes d’appui aux langues officielles.

«Notre dualité linguistique est un atout économique, social et culturel pour l’ensemble des Canadiens, a dit d’entrée de jeu le secrétaire parlementaire de la ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et pour les Langues officielles, Jacques Gourde. C’est pourquoi le gouvernement entend ainsi maintenir le financement qui vise à préserver à célébrer et à renforcer la dualité linguistique au Canada.»

Read more…