Le QCGN reconnaissant du travail du Comité sénatorial des langues officielles et de la participation de la communauté d’expression anglaise

Pour diffusion immédiate

Ottawa, le 10 mars 2011 – La communauté d’expression anglaise du Québec constitue l’une des deux communautés de langue officielle en situation minoritaire du Canada, et le gouvernement fédéral doit promouvoir et protéger ses droits. C’est ce que révèlent les grandes lignes d’un rapport déposé par le Comité sénatorial des langues officielles jeudi.

Le rapport long d’une centaine de pages indique qu’il faut trouver des façons d’assurer que cette minorité puisse se développer à son plein potentiel dans le contexte où son futur est entremêlé avec celui de la majorité de la population qui voit la survie de la langue française comme une priorité.

Après 28 jours de consultations publiques en 2009 et 2010 qui incluait une escale à travers la province l’automne dernier, notamment un passage à Québec, dans les Cantons-de-l’Est et à Montréal, le Comité du Sénat a rendu son tout premier rapport dédié exclusivement à la communauté d’expression anglaise du Québec. «Le rapport présente une analyse approfondie de notre communauté et de ses priorités, et nous en sommes reconnaissants», déclare Linda Leith, présidente du Quebec Community Groups Network (QCGN). Version complète (pdf)