Quebec invests nearly $7 million in English-speaking community

It’s a new program that the province is hoping will help the English community.

The Minister Responsible for Relations with English Speaking Quebecers, Kathleen Weil, announced nearly $7 million will be going to organizations that offer services to English-speaking Quebecers.

Quebec Community Groups Network (QCGN) says though the grant program is something they’ve been pushing for, more is still needed.

“We take a positive view of the potential,” said QCGN President Geoffrey Chambers. “All those groups are good groups, but they exist among 250 other groups who weren’t there, so we have more to do.”

Read article

Quebec spending millions to improve health care access for Anglos

As promised in the spring budget, the provincial government is spending $6.9 million to improve access to health care for anglophones and to help other anglophone groups.

Kathleen Weil, the Minister responsible for Relations with English-Speaking Quebecers, detailed on Tuesday how the money will be spent: $5.7 million for community groups that work with anglophones, and $400,000 each to the English Language Art Network (ELAN), Seniors Action Quebec, and Literacy Quebec.

Those funds will be spent over the next three years to help the organizations expand upon their core functions.

Watch interview with Minister Kathleen Weil

 

Watch: Liberals Pledge $7 Million in New Money for Anglos

  • $5.7 million will go to the Community Health and Social Services Network (CHSSN), which will transfer the money to local organization with mandates to strengthen community development and health care.
  • $400,000 will go to Literacy Quebec (LQ), which works to empower local literacy centers across the province.
  • $400,000 will go to Seniors Action Quebec (SAQ) to provide services to seniors in English
  • $400,000 will go to the English Language Art Network (ELAN) to help build momentum for Quebec’s English-speaking artists.

Read article

Quebec unveils where $7M earmarked for Anglos will be invested

Community Health and Social Services network, ELAN, Literacy Québec, Senior Action Québec to receive funds

The Quebec government has announced which Anglophone community groups will be on the receiving end of $6.9 million set aside for them in the last provincial budget.

Kathleen Weil, the minister responsible for relations with English-speaking Quebecers, said on Tuesday the province wants to invest in keeping young, highly educated anglophones in the province.

Read article

Quebec pledges $7 million for anglophone groups

The Quebec government is giving nearly $7 million in financial aid to organizations that work with anglophone communities in order for them to diversify and expand their offerings.

The bulk of the funding will go toward the Community Health and Social Services network, which will receive $5.7 million over three years. It will distribute 93 per cent of the funds to 25 local and regional organizations that it co-ordinates. In addition, the English Language Arts Network (ELAN), Seniors Action Québec and Literacy Quebec will receive $400,000 each over three years, read a press release from the secretariat that was issued in French only.

Read article

Dans Jacques-Cartier, on parle anglais D-Tour électoral dans Jacques-Cartier

Dans le premier d’une série d’articles préélectoraux, Le Devoir se concentre sur la circonscription à majorité anglophone de Jacques-Cartier. Le président du QCGN, Geoffrey Chamber, a déclaré que toutes les parties devraient soutenir le Secrétariat pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise.

En prévision des élections, Le Devoir effectue une tournée qui le mène dans des circonscriptions aux prises avec des enjeux qui préoccupent tous les Québécois. Cinquième D-Tour électoral, cette fois dans Jacques-Cartier, dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal, où se trouve la plus grande proportion d’anglophones au Québec.

 

Lire la suite

Groupe de patients de St. Mary ‘s gardé dans l’obscurité sur le problème des signes anglais

Le groupe de défense des droits des patients de l’Hôpital St. Mary a été tenu au courant de la façon de résoudre les problèmes d’érosion de l’anglais à l’établissement de Côte-des-Neiges après les réformes radicales du ministre de la Santé Gaétan Barrette.

En vertu du projet de la loi 10, St. Mary’s est tombée sous l’autorité d’un organisme faîtier nouvellement formé en 2015. Peu de temps après, le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal a commencé à remplacer les affiches de St. Mary’s avec des lettres en français et en anglais de taille égale, avec des panneaux que le comité d’utilisateurs ont trouvé confus et avec l’anglais en caractères plus petits et plus minces et qui sont difficiles à lire pour beaucoup de patients plus âgés.

Le groupe d’utilisateurs a également soulevé des préoccupations au sujet de l’absence de papier à en-tête bilingue sur la correspondance officielle de St. Mary’s et d’anecdotes de patients anglophones qui ont reçu des réponses du CIUSSS en français seulement.

Le gouvernement libéral provincial a ajouté un amendement au projet de loi 10 pour répondre aux craintes de la communauté d’expression anglaise selon lesquelles l’anglais pourrait devenir moins visible et moins parlé une fois que les hôpitaux communautaires seraient fusionnés sous les ordres des organisations-cadres.

Le projet de loi 10 contient une disposition permettant à un comité consultatif de «préserver le caractère culturel, historique, linguistique ou local» d’une institution fusionnée comme St. Mary’s. Cependant, ni le ministère de la Santé de Gaétan Barrette ni le conseil d’administration du CIUSSS n’ont informé le groupe des droits des patients de l’existence d’un tel comité ou comment régler le problème des panneaux.

Lire la suite (en anglais)

L’anglais est de moins en moins visible à l’hôpital St. Mary, disent les patients

Le comité des droits des patients de l’hôpital St Mary’s accuse l’administration établie sous le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de modifier les panneaux, l’en-tête et d’autres communications qui semblent favoriser le français au détriment de l’anglais.

La question est très controversée parmi les membres du comité des usagers, qui soulignent que St Mary’s a été fondée par la communauté catholique irlandaise de Montréal et est considérée comme un hôpital officiellement bilingue qui continue de servir des milliers de patients anglophones chaque année.

En dépit de son statut bilingue, St Mary’s n’utilise plus de papier en-tête bilingue sur ses communications officielles, a appris The Montreal Gazette. De plus, certains patients qui ont écrit à l’administration de l’hôpital en anglais sur divers sujets se sont plaints de recevoir des réponses en français seulement, a déclaré un membre du comité des utilisateurs de longue date.

Geoffrey Chambers, président du Quebec Community Groups Network, qui défend les droits des Québécois d’expression anglaise, a refusé de commenter sur les préoccupations du comité d’utilisateurs de St. Mary, affirmant qu’il avait besoin de plus d’informations.

Cependant, M. Chambers a fait remarquer que dans le cadre de la réforme Barrette, connue sous le nom de loi 10, «un groupe de personnes intéressées« dans une institution fusionnée comme St. Mary, le Douglas et le Lakeshore peuvent demander un comité au ministre.”

Lire la suite (en anglais)

L’attachement des Québécois au Canada reste stable

Il reste des choses stables et régulières en ce pays : l’impôt se paye en mars, les Canadiens de Montréal sont sortis des séries du hockey en avril ou en mai et les sondages à l’approche du 1er juillet montrent que l’attachement des Québécois au Canada ne bouge pas, ou si peu.

Le dernier coup de sonde réalisé le mois dernier montre que les francophones se disent très (27,6 %) ou plutôt (43,4 %) attachés au Canada. Les anglophones gonflent le niveau du très fort attachement de quarante points, à 67,2 %, et du second degré à 25,5 %.

Le sondage a été réalisé par la firme Léger Marketing pour l’Association d’études canadiennes et le Quebec Community Groups Network auprès d’un échantillon de 1226 Québécois, dont 871 francophones, 275 anglophones et 106 allophones. Les sondeurs les ont questionnés par Internet du 14 au 17 mai. Un sondage probabiliste semblable aurait une marge d’erreur de 3,5 points 19 fois sur 20.

Lire la suite

 

Anglais, Français ont des opinions divergentes sur l’intégration des nouveaux arrivants: sondage

Alors que la nation célèbre la journée canadienne du multiculturalisme mercredi, un nouveau sondage révèle que les Québécois anglophones et francophones ont des opinions très différentes sur la façon dont les nouveaux arrivants devraient s’intégrer, et plus particulièrement sur le droit de porter des hijabs.

Bien que la majorité des deux groupes aient déclaré avoir une opinion positive des immigrants, les francophones étaient plus susceptibles de répondre par l’affirmative lorsqu’on leur demandait si les immigrants devraient abandonner leurs coutumes et traditions, ou si l’afflux d’immigrants non chrétiens représentait une menace pour la société.

Les résultats ont été obtenus dans le cadre d’une série de sondages menés pour l’Association d’études canadiennes et le Quebec Community Groups Network, en examinant la différence et la similitude des points de vue entre les francophones du Québec et les anglophones. Les sondages antérieurs ont porté sur les opinions selon lesquelles les deux groupes linguistiques (déterminés par la question « Quelle est la langue que vous avez apprise à la maison dans votre enfance et que vous comprenez encore?») Se tiennent l’un l’autre et sur l’attachement de chaque groupe au Québec.

Lire la suite (en anglais seulement)

 

Un sondage québécois sur les liens anglo-franco révèle un conflit et un consensus

Il y a un paradoxe enfoui dans un récent sondage sur les relations entre les communautés anglophones et francophones du Québec.

Seulement 12% des anglophones qui se disent «très attachés» au Québec ont une opinion négative des francophones. Alors que les francophones qui ont un fort attachement au Québec ont tendance à voir les anglophones sous un jour plus négatif. Trente pour cent des francophones qui se disent «très attachés au Québec» ont une opinion défavorable des anglophones.

Les résultats faisaient partie d’un sondage mené pour l’Association d’études canadiennes et le Quebec Community Groups Network. Un nouveau rapport sur l’étude, publié à la veille de la Fête nationale, a été co-écrit par le vice-président de l’ACS, Jack Jedwab.

Lire la suite (en anglais seulement)

Les anglophones et les francophones ont des visions déformées les uns des autres

Les anglophones et les francophones du Québec sont du même avis quand il s’agit d’avoir une opinion positive de l’autre groupe et conviennent que les anglophones ont eu un fort impact sur l’économie et ont contribué à l’histoire de la province.

Mais demandez-vous si la langue française au Québec est bien protégée ou si les anglophones ont contribué à la culture québécoise ou à la fondation de la province, ou si les anglophones se rendent compte qu’ils sont minoritaires et que les interprétations divergent considérablement.

Les résultats faisaient partie d’un sondage réalisé pour l’Association d’études canadiennes et le Quebec Community Groups Network, publié samedi, intitulé «Bonjour Bonjour: Ce que les Québécois français et anglais pensent les uns des autres et des questions clés.

Lire la suite (en anglais seulement)

L’anglais est-il bien protégé au Québec? Peu d’anglophones le pensent, selon une enquête

La langue anglaise est-elle bien protégée au Québec? Selon une nouvelle enquête, cela dépend de qui vous demandez.

Très peu d’anglophones diraient oui – seulement 16,7 pourcent des Québécois anglophones, en fait – alors qu’une majorité de francophones (72 pourcent) disent que l’anglais est correctement protégé.

La différence d’opinion est ressortie d’un récent sondage réalisé par Léger Marketing au nom de l’Association d’études canadiennes et du Quebec Community Groups Network, qui représente plus de 50 groupes communautaires de langue anglaise dans la province.

Lire la suite (en anglais seulement)

Les deux solitudes se rapprochent au Québec

Fini le temps des deux solitudes, clame Jack Jedwab de l’Association d’études canadiennes, qui vient de publier un sondage sur les perceptions mutuelles des anglophones et des francophones au Québec. Les contacts sont de plus en plus nombreux entre les deux groupes linguistiques, qui s’apprécient respectivement. Mais il reste plusieurs stéréotypes et zones d’incompréhensions sur des enjeux clés, comme la protection de la langue et le respect des droits de la minorité.

Lire plus

Sondage: les anglophones et les francophones sont en désaccord sur la question de savoir si le français est bien protégé

Un sondage réalisé pour l’Association d’études canadiennes et le Quebec Community Groups Network montre que les anglophones et les francophones ont des points de vue différents sur des questions comme la protection efficace de la langue française.

Les résultats de l’étude, rapportés par la Montreal Gazette, montrent que 88% des anglophones estiment que la langue française est protégée efficacement, comparativement à 40% des francophones.

Lire la suite (en anglais seulement)