Recensement: le portrait linguistique corrigé continue d’inquiéter

“L’erreur de Statistique Canada sur la langue maternelle des Québécois ne doit pas faire oublier que le français est en recul au Québec, même si le phénomène est moins prononcé qu’on ne l’avait annoncé précédemment, disent des organismes de défense de la langue française.”

L’agence fédéral a corrigé jeudi ses données sur la langue suite à la publication du 2 août. Cette faute a eu pour conséquence d’amplifier le recul du français comme langue maternelle au Québec.

Le QCGN, qui milite pour les droits des anglophones, précise que la minorité linguistique est en déclin. Sylvia Martin-Laforge souligne que les Québécois d’expression anglaise parlent français parce qu’ils savent que c’est important pour faire partie de la société québécoise.

Lire l’article dans Le Devoir

Statistics Canada dévoile de nouveaux nombres sur les anglophones du Québec

“Statistics Canada has published revised Census numbers after admitting an error in language stats for Quebec.”

Après avoir dévoilé des nombres indiquant une augmentation massive des anglophones plus tôt ce mois-ci, Statistique Canada présente maintenant des données qui montrent une augmentation moins important au Québec depuis 2011.

Le Quebec Community Groups Network souligne que ces données prouvent que les Québécois d’expression anglaise ne sont pas une menace pour le français au Québec.

Lire l’article sur le site Global Montreal

Statistics Canada se ravise suite à l’erreur des données linguistiques

“Statistics Canada has officially set the record straight on a computing error that led it to publish false information on the decline of native French speakers in Quebec last year.”

Une erreur qui s’est glissée dans une série spécifique de réponses a été corrigé par Statistique Canada. Ces données présentent maintenant un faible déclin de francophones de langue maternelle au Québec. Cela dit, la situation reste stable tant au Québec que dans le reste du Canada.

Pour la population de langue anglaise au Québec, les données montrent une augmentation chez les Québécois qui ont l’anglais comme première langue officielle. Sylvia Martin-Laforge voit ces nouvelles données comme un signe de croissance qui pourrait amener une augmentation de l’offre des services sociaux afin de subvenir aux demandes.

Lire l’article dans le National Observer

Statistics Canada se corrige: moins d’anglos au Québec que précédemment mentionné

“Statistics Canada has corrected itself when it comes to the linguistic breakdown of Canadians. Earlier this month the agency incorrectly reported that the number of mother-tongue anglophones in Quebec had increased by 57,325 people between 2011 and 2016.”

La nouvelle de cette augmentation avait avivé les tensions chez les protecteurs de la langue française au Québec. Cela dit, l’augmentation est beaucoup moins drastique avec les nouvelles données de Statistique Canada. L’usage de l’anglais à la maison a même diminué chez les unilingues anglophones.

La directrice générale du QCGN, Sylvia Martin-Laforge, espère que cette hausse ira de pair avec des services en augmentation.

Lire l’article sur le site de CTV Montreal

Un groupe de défense des anglophones se réjouit malgré le faible déclin du recensement

“Even though revised census figures show the number of mother-tongue Enlish-speakers in Quebec is declining, a leading Anglo advocacy group has found a sliver of good news in the updated numbers.”

Le nombre d’anglophones n’a augmenté que de 2000 personnes au Québec. Ces données semblent plus proche de la réalité selon le QCGN. Sylvia Martin-Laforge commenta que cette augmentation mineure pourrait occasionner un financement supplémentaire pour les services au Québec.

Lire l’article sur le site de CBC Montreal

L’inaction comme politique

“Devant les membres de la Commission-Jeunesse de son parti, Philippe Couillard a lancé, dimanche, un appel aux anglophones du Québec. « We need you », a-t-il clamé dans son discours de clôture. Son gouvernement n’a pourtant aucune solution pour contrer le déclin du réseau scolaire anglais. Aux anglophones comme aux francophones, son message est le même : l’équilibre linguistique est atteint. En matière de langue, l’inaction s’impose.”

Le rejet de la proposition faite par les Jeunes Libéraux de Montréal afin de permettre aux élèves francophones d’être inscrit aux écoles anglaises a inspiré cet article de Robert Dutrisac qui observe le déclin dans le réseau scolaire anglophone. Bien que les commissions scolaires francophones font également face au déclin démographique, la loi 101 limite le libre accès aux écoles anglaises. Cela dit, il ne croit pas que la vitalité de la communauté anglophone du Québec en est pour autant menacée puisque les institutions d’enseignement supérieurs sont bien remplies.

Même le QCGN n’a pas suggéré de laisser entrer plus de Québécois d’expression française dans les écoles anglaises afin de limiter le déclin de celles-ci. Le QCGN propose plutôt d’ouvrir la loi 101 pour permettre aux enfants d’immigrants issus du Commonwealth d’intégrer le système scolaire anglais.

Lire l’article dans Le Devoir

Bishop’s University accueillera son premier forum d’engagement civique

“Working together with the Quebec Community Groups Network (QCGN), Bishop’s University (BU) has organized a week-long forum gathering nearly 60 English speaking students and over two dozen guest speakers set to start this Sunday night. During the forum, the youths will be learning about the type of society they live in and how to get involved within it.”

Le recteur de l’université Bishop’s, Michael Goldbloom, est très enthousiaste envers ce forum qui est totalement gratuit pour les participants. Il espère que le forum inspirera les jeunes participants à mieux apprécier le fonctionnement des institutions Québécoises.

Selon Sylvia Martin-Laforge, l’intérêt principal du QCGN envers le forum est d’introduire davantage de personnalités issues de nos communautés dans les positions de pouvoir de la province.

Lire l’article dans The Record

Retombées alimentées par les chiffres erronés du recensement

La présidente générale du QCGN, Sylvia Martin-Laforge, parle de l’admission de Statistiques Canada que ses chiffres sur la langue au Québec étaient erronés.

Voir la vidéo sur le site de CTV News Montreal (en anglais)

Statistiques Canada admet qu’une erreur a mené à la surestimation du nombre d’anglophones au Québec

Statistiques Canada a reconnu qu’il y a eu erreur dans les calculs récents sur le nombre de Québécois d’expression anglaise et prévoit corriger les données.

Mais les retombées de l’incident se poursuit chez les représentants de la communauté d’expression anglaise qui affirme « qu’une telle version des faits » a tout de même causé des dommages à long terme quant aux efforts de revitalisation d’une minorité déjà précaire, surtout en région.

La directrice générale du Quebec Community Groups Network, Sylvia Martin-Laforge, explique que les données erronées et les autres données démontrant le déclin du français a probablement « alimenté la paranoïa » dans certains cercles qui croient que l’anglais est une plus grande menace au Québec que ce que l’on croyait.

Lire l’article complet sur le site de The Montreal Gazette (en anglais)

StatsCan blâme une erreur informatique pour le regain d’anglophones au Québec

“Statistics Canada is blaming a computer error for results that indicated a surprising increase in the number of English-speaking people in Quebec. The agency said roughly 61,000 people were misclassified when the results of the 2016 census were compiled.”

Des groupes de langue anglaise ont alerté Statistique Canada qu’il y avait possiblement des erreurs plus tôt cette semaine. La plupart des erreurs ont été trouvé à un niveau local, et ce, dans certaines parties de la province où très peu d’anglophones ont été répertoriés auparavant.

Le QCGN s’est d’ailleurs associé avec Jack Jedwab afin de comparer le nombre d’anglophones avec les taux d’inscription scolaire et les taux d’immigration au Québec. Jedwab était d’ailleurs réjoui que Statistique Canada ait répondu rapidement.

Lire l’article sur le site de CBC News