La réglementation tant attendue concernant la création d’un comité d’accès provincial : un premier pas dans la bonne direction

Montréal, le 9 avril 2018 – En 1986, le gouvernement du Québec inscrivait dans la loi le droit des Québécois d’expression anglaise de recevoir des services de santé et des services sociaux dans leur langue. Depuis, ce droit a toujours été respecté par tous les gouvernements du Québec.

En 2015, le projet de loi 10 était promulgué, restructurant radicalement le système des services de santé et des services sociaux. Cette restructuration a nécessité une révision des mécanismes assurant l’accès à ces services au sein du nouvel environnement institutionnel. Y était inclus le règlement régissant le comité consultatif provincial pour la prestation des services de santé et de services sociaux en langue anglaise.

Au cours des trois dernières années, le Quebec Community Groups Network (QCGN), en partenariat avec le Réseau communautaire de services de santé et de services sociaux (RCSSS), a travaillé avec le ministre de la Santé Gaétan Barrette et le gouvernement du Québec pour revoir et mettre à jour le règlement concernant le comité consultatif, dont le mandat consiste à conseiller le ministre de la Santé sur l’accessibilité et la qualité des services de santé et des services sociaux offerts aux Québécois d’expression anglaise.

« Aujourd’hui, le QCGN accueille favorablement et appuie le règlement modifié, qui a été adopté par le Cabinet », déclare Eric Maldoff, qui préside le comité du QCGN sur les services de santé et les services sociaux. Selon M. Maldoff, la réglementation remaniée garantit une meilleure représentativité des nouveaux membres du comité d’accès provincial de la communauté d’expression anglaise du Québec. En outre, ce règlement confère au QCGN et au RCSSS la responsabilité de recruter les membres du comité et de les proposer au ministre de la Santé.

Lire la suite et télécharger le communiqué complet

Le QCGN accueille favorablement de nouveaux investissements fédéraux pour les Québécois d’expression anglaise

Ottawa – le 28 mars 2018 – Réagissant à l’annonce du Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 : Investir dans notre avenir, le Quebec Community Groups Network (QCGN) se réjouit du soutien accru qu’entend accorder le gouvernement fédéral dans ce domaine.  

Le plan, qui comprend 500 M$ en nouvelles dépenses accordées aux communautés de langue officielle en situation minoritaire, a été dévoilé mercredi à Ottawa par le premier ministre Justin Trudeau et par la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. Ces nouveaux fonds porteront l’investissement total à 2,7 milliards de dollars – le plus important engagement financier jamais souscrit aux langues officielles.

« Au cours des dernières années, le Québec d’expression anglaise a consacré beaucoup de temps à informer le gouvernement fédéral de ses besoins, a souligné le président du QCGN James Shea. Avec le dévoilement de son Plan d’action, il est évident que nos voix ont été entendues. »

Lire la suite et télécharger le communiqué complet (PDF)

Le QCGN accueille favorablement les nouvelles mesures du budget concernant les Québécois d’expression anglaise

Montréal – le 27 mars 2018 – Le Quebec Community Groups Network se dit très satisfait d’apprendre que le gouvernement se propose d’investir plusieurs millions de dollars pour soutenir la vitalité de la communauté québécoise d’expression anglaise en situation minoritaire.

Le QCGN avait de grandes attentes quant au budget dévoilé aujourd’hui après la toute première consultation prébudgétaire auprès de la communauté d’expression anglaise du Québec et des commentaires du ministre des Finances, Carlos Leitão. À la suite d’une rencontre avec M. Leitão, celui-ci avait déclaré que le prochain budget « allait répondre à plusieurs besoins précis d’un groupe très important de notre société. »

Les organismes représentant la minorité d’expression anglaise du Québec avaient souligné à M. Leitão que le nouveau Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise devrait recevoir plus de fonds afin de le rendre plus fort et plus efficace et s’assurer ainsi que les services auxquels nous avons droit soient fournis et que nos droits soient respectés.

Et il a effectivement livré la marchandise.

Lire la suite et télécharger le communiqué complet

Le QCGN accueille favorablement la promesse de nouveaux investissements dans les programmes des langues officielles

Montréal – le 27 février 2018 – Le Quebec Community Groups Network accueille favorablement le budget fédéral présenté aujourd’hui. Ce budget prévoit un nouveau financement de 400 M$ sur cinq ans pour le soutien des programmes des langues officielles, une mesure essentielle à la vitalité et au dynamisme des Québécois d’expression anglaise.

« Les Québécois d’expression anglaise ont toutes les raisons d’être optimistes au sujet des énoncés concernant le prochain plan d’action fédéral sur les langues officielles », a déclaré le président du QCGN, James Shea, ajoutant que les nouvelles s’avéraient prometteuses pour les secteurs des arts, de la culture et du patrimoine de notre communauté ainsi que pour nos journaux de langue minoritaire. « Nous attendons avec intérêt les détails du plan d’action sur les langues officielles pour savoir comment les gouvernements du Canada et du Québec seront en mesure de travailler ensemble pour remplir ces promesses. »

Le troisième budget fédéral du ministre des Finances Bill Morneau a annoncé des montants d’argent, visant à améliorer l’accès aux services des communautés d’expression anglaise du Québec dans leur langue officielle, ainsi que le financement des stations de radio et des journaux des collectivités de langue française et anglaise en situation minoritaire. En outre, ce budget prévoit l’allocation de nouveaux fonds pour les activités culturelles, artistiques et patrimoniales, y compris le théâtre communautaire, les ateliers d’art et les activités mettant en valeur le patrimoine ou l’histoire locale.

Le ministre Morneau a également annoncé la mise en place d’applications interactives pour faciliter l’apprentissage d’une langue seconde, le français ou l’anglais, par tous les Canadiens ainsi que la mise en œuvre de mesures pour garantir le recrutement et le maintien en place des enseignants dont le français ou l’anglais est la langue seconde. Les écoles de langue en milieu minoritaire recevront également 20 M$ pour des projets d’éducation préscolaire et la garde des jeunes enfants. De nouveaux fonds sont également prévus pour les organismes communautaires afin qu’ils continuent à fournir des services aux membres de leur communauté, à accueillir de nouveaux arrivants et à favoriser le développement de la petite enfance.

« Les Québécois d’expression anglaise bénéficieront des résolutions contenues dans le budget fédéral dans la mesure où le gouvernement du Québec manifestera sa volonté et son engagement à en faciliter l’accès à nos communautés », a souligné la directrice générale du QCGN Sylvia Martin Laforge, en précisant que certains investissements fédéraux atteignent les Canadiens par le biais d’ententes bilatérales avec les provinces. « Nous travaillerons étroitement avec le Québec pour que les citoyens d’expression anglaise aient un accès équitable aux mesures de ce budget, notamment celles relatives au développement de la petite enfance, à l’emploi et au perfectionnement des compétences. »

« Fort heureusement pour nous, le gouvernement du Québec a choisi cette année de créer un Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise, a ajouté le vice-président du QCGN, Geoffrey Chambers. Une portion équitable des mesures de ce budget saura être bénéfique pour les Québécois d’expression anglaise surtout avec l’engagement du Québec de façon délibérée et ciblée. »

Téléchargez une copie du communiqué de presse

Pour de plus amples renseignements :

Rita Legault, directrice des communications et des relations publiques | rita.legault@qcgn.ca

Téléphone : 514 868-9044, poste 223 | Cellulaire : 514 912-6555

 

La CAQ rate la cible avec son plan d’abolir les commissions scolaires

Montréal – 19 janvier 2018 – Le Quebec Community Groups Network est outré que la Coalition Avenir Québec ressuscite le plan –largement critiqué par plusieurs– d’abolir les commissions scolaires. L’organisme est déçu que la CAQ affiche une telle méconnaissance et incompréhension de la communauté d’expression anglaise du Québec et la place importante qu’occupe le contrôle et la gestion des écoles de minorité linguistique au sein de la communauté.

« Nos écoles sont des institutions qui figurent parmi les pierres angulaires de notre communauté. Elles ne sont pas seulement des institutions qui offrent des services an anglais », commente le président du QCGN, James Shea. « Oui, l’objectif d’une école est de fournir la meilleure expérience d’apprentissage possible à ses étudiants. Mais nos écoles anglaises ont aussi la responsabilité de préserver et de faire la promotion de la culture unique à la communauté linguistique minoritaire ».

« Le gouvernement du Québec ne peut pas décider unilatéralement la façon dont notre communauté pratique la gestion et le contrôle de son système scolaire », ajoute-t-il. « Notre communauté a clairement exprimé sa position lorsque nous nous sommes battus contre le projet de loi n°86 : Loi modifiant l’organisation et la gouvernance des commissions scolaires en vue de rapprocher l’école des lieux de décision et d’assurer la présence des parents au sein de l’instance décisionnelle de la commission scolaire ».

Lire la suite

Le QCGN accueille Raymond Théberge, nouveau commissaire aux langues officielles du Canada

Télécharger une copie du communiqué de presse en PDF

Montréal, le 13 décembre 2017 — Le Quebec Community Groups Network souhaite la bienvenue à Raymond Théberge, septième commissaire aux langues officielles du Canada, à la suite de la confirmation de sa nomination cet après-midi par la Chambre des Communes.

« Le commissaire Raymond Théberge prend la barre à un moment critique pour les langues officielles du Canada », indique le président du QCGN, James Shea, en précisant que le gouvernement du Canada dévoilera sous peu son plan d’action pluriannuel sur les langues officielles. Le Conseil du Trésor a également entrepris d’examiner de fond en comble le Règlement sur les langues officielles alors que des travaux visent à moderniser la Loi sur les langues officielles, vieille de près de 50 ans, ont déjà commencé.

Titulaire d’un doctorat en linguistique de l’Université McGill, M. Théberge compte plus de trois décennies d’expérience au service des communautés de langues officielles en situation minoritaire, grâce aux postes supérieurs qu’il a occupés au sein des milieux gouvernemental, universitaire et communautaire. Lors de sa confirmation au poste de commissaire, M. Théberge a souligné l’importance de la recherche et d’une base solide de données factuelles pour protéger et mettre à profit les droits linguistiques des Canadiens. Son premier objectif : veiller à ce que les Canadiens d’expressions française et anglaise participent aux activités de direction liées à ses nouvelles fonctions et visiter les communautés d’expression anglaise du Québec.

« Le commissaire Théberge est aujourd’hui le principal défenseur des communautés anglophones et francophones en situation minoritaire du Canada », a affirmé M. Shea, notant que le travail du commissaire exige une même compréhension des communautés canadiennes de langues officielles en situation minoritaire et un même engagement à leur égard.

« Nous attendons avec impatience ses visites aux communautés d’expression anglaise du Québec. Le QCGN se fera un devoir de l’aider à mieux comprendre les besoins et les enjeux de notre communauté de communautés et de lui indiquer les lacunes persistantes en matière de politiques qui nuisent à notre collectivité. »

Traditionnellement, ce poste a été assuré en alternance par un Canadien d’expression française et par un Canadien d’expression anglaise. M. Théberge est le troisième francophone et le premier commissaire issu de l’extérieur de l’Ontario et du Québec à être nommé à ce poste depuis sa création en 1970. L’objectif du Commissariat est de garantir l’application de la Loi sur les langues officielles et de promouvoir le bilinguisme et la dualité linguistique. Le commissaire, qui relève directement du Parlement, est responsable de la pleine reconnaissance et de l’usage répandu du français et de l’anglais au sein de la société canadienne de même qu’au sein des institutions fédérales et d’autres organismes assujettis à la Loi sur les langues officielles. Le commissaire aux langues officielles est nommé pour un mandat de sept ans.

« Au cours de la dernière décennie, le QCGN a établi une relation étroite avec le commissaire aux langues officielles, a rappelé la directrice générale du QCGN, Sylvia Martin-Laforge. Cette relation a joué un rôle déterminant dans les principales victoires remportées par notre communauté, dont la récente création du Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise. Elle nous a également donné accès aux plus hauts échelons du gouvernement fédéral, ce qui a permis aux responsables des politiques d’entendre et de comprendre les préoccupations et les priorités particulières des Québécois d’expression anglaise. »

Mme Martin-Laforge a ajouté : « Le Commissariat aux langues officielles demeure l’un de nos principaux alliés communautaires et il constitue une immense source de soutien. Nous entendons continuer à l’appuyer pleinement. » Elle a également exprimé la reconnaissance de notre organisme et de notre communauté à la commissaire par intérim Ghislaine Saikaley et à son équipe qui ont accompli un excellent travail en menant le tout à la suite de la retraite de Graham Fraser il y a un an, après que celui-ci ait rendu plus d’une décennie d’éminents services aux Canadiens.

Le cadre du Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise encore en deçà de nos attentes

Montréal, le 24 novembre 2017 – La période que nous connaissons pourrait et devrait favoriser l’adoption d’actions positives pour et par les Québécois d’expression anglaise. Or, le cadre que vient de proposer le gouvernement du Québec concernant le nouveau Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise n’est qu’un premier pas très modeste dans la bonne direction.

« Il s’agit d’un petit pas en avant, aussi prometteur soit-il, qui vise à permettre aux Québécois d’expression anglaise d’exprimer leurs préoccupations partout où, dans l’appareil gouvernemental, on élabore des politiques et des programmes qui ont un impact sur notre communauté », a indiqué James Shea, président du Quebec Community Groups Network.

« Le QCGN se réjouit que le Secrétariat ait reçu un important mandat pour instaurer des relations de travail avec les groupes sectoriels, régionaux et provinciaux représentant les Québécois d’expression anglaise, a poursuivi M. Shea. Cette démarche s’avère essentielle pour que les préoccupations de notre communauté linguistique en situation minoritaire soient prises en compte durant l’élaboration des politiques et programmes gouvernementaux. »

Mais il existe encore un problème fondamental. « Il est évident que le budget de démarrage d’un million de dollars mentionné par Mme Kathleen Weil, nouvelle ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise, ne suffit pas pour appuyer ce projet. Ce budget est beaucoup trop modeste pour permettre d’accomplir les objectifs fixés par le gouvernement », a souligné Geoffrey Chambers, vice-président du QCGN et chef du comité des relations gouvernementales du groupe.

En juin dernier, après l’annonce de la création de ce secrétariat par le premier ministre Philippe Couillard, le QCGN a mobilisé un groupe d’experts. Il a également mené de vastes consultations et investi un grand nombre d’heures de recherche pour étudier les modèles adoptés par d’autres provinces qui ont depuis longtemps mis en place des bureaux analogues pour appuyer leurs communautés francophones en situation minoritaire. Nous avons en outre examiné d’autres secrétariats du gouvernement du Québec.

Ce que le QCGN a alors proposé au bureau du premier ministre c’est la création d’un secrétariat qui pourrait, tôt ou tard, être composé de plus de vingt personnes — la plupart, des Québécois d’expression anglaise bien renseignés sur la communauté. Les membres du Secrétariat travailleraient dans trois secteurs clés :

  • une direction des politiques et de la recherche chargée d’entretenir des liens avec les principaux ministères, notamment ceux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de la culture et du développement économique;
  • une direction des communications et de liaison communautaire chargée d’intensifier les relations avec les organismes communautaires et les médias d’expression anglaise, et fournissant une structure qui encouragerait tous les membres de la communauté à contribuer pleinement aux débats publics et aux consultations auprès de la population;
  • une direction du développement communautaire chargée de travailler en partenariat avec les organismes communautaires afin de développer et de coordonner le Plan d’action du gouvernement du Québec visant à favoriser l’épanouissement du Québec d’expression anglaise.

« Pour que notre proposition soit comparable aux structures opérationnelles accordées à d’autres secrétariats responsables de mandats semblables, elle nécessiterait des fonds beaucoup plus importants que ceux précédemment évoqués, a indiqué M. Chambers. Nous avions bon espoir; nous nous attendions à voir aujourd’hui des chiffres qui se rapprocheraient davantage de notre vision. »

« Nous voulons que ce nouveau secrétariat soit permanent et compétent, et qu’il résiste à l’épreuve de tout changement de gouvernement », a poursuivi M. Chambers, émettant l’espoir que le personnel supplémentaire embauché dans les mois à venir proviendra en grande partie de la communauté d’expression anglaise. « Ce secrétariat devrait être géré par et pour notre communauté, comme se plaisent à dire les communautés francophones hors Québec en situation minoritaire. »

« Il est révélateur de noter que le chef de la Coalition Action Québec François Legault soutienne que son parti s’oppose à toute augmentation du nombre de Québécois d’expression anglaise dans la fonction publique, qualifiant cette mesure de réponse bureaucratique, a précisé M. Chambers. Nous devons participer à l’élaboration des politiques et non pas être consultés après coup lorsqu’elles sont déjà mises en place. »

M. Chambers d’ajouter : « Notre nouveau secrétariat doit travailler au sein de l’administration complexe et multidimensionnelle du Québec pour faire en sorte de nous donner un accès complet et équitable aux outils qui permettent de participer pleinement au développement social, politique, économique et culturel de la province. Cela suppose l’adoption de mesures positives et un investissement qui permettront à la communauté d’être bien représentée dans l’espace public.»

« Ce nouveau secrétariat servira de mécanisme indispensable pour acheminer les avis importants et hautement nécessaires en matière de politique qui proviennent de l’ensemble de notre communauté », a soutenu Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du QCGN, soulignant que le QCGN accueille favorablement la nomination de William Floch, qui dirigera le Secrétariat. « Bill qui entretient une collaboration de longue date avec le Québec d’expression anglaise s’est montré un ardent et dévoué défenseur de notre communauté. Ses nombreuses années d’expérience au ministère fédéral de Patrimoine canadien lui ont permis d’acquérir une connaissance approfondie de notre communauté et de ses enjeux. Nous espérons très sincèrement qu’il pourra mettre à profit cette expérience dans un nouveau milieu de la fonction publique québécoise et qu’il agira efficacement comme défenseur et agent de développement d’un secrétariat solide. »

« Nos objectifs et ceux du gouvernement sont en parfaite harmonie, a conclu le président du QCGN, M. Shea. Nous nous attendons à ce que la ministre Weil et son personnel du Secrétariat travaillent en étroite collaboration avec les dirigeants de notre communauté pour mettre au point de vastes plans d’action axés sur les résultats et avant tout pragmatiques, qui pourront être mis en œuvre efficacement. Nous avons besoin de mécanismes aptes à fournir des mesures concrètes afin que les Québécois d’expression anglaise puissent obtenir les programmes et les services dont ils ont besoin pour être des participants à part entière dans toutes les sphères de la vie quotidienne de notre province. »

Les leaders de la communauté sont prêts à aider Kathleen Weil, la nouvelle ministre responsable des relations avec les Québécois d’expression anglaise

Montréal – 6 novembre 2017 – La nouvelle ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise, Kathleen Weil, s’engage à faire une différence pour les citoyens de la communauté minoritaire de la province et le Quebec Community Groups Network est prêt à lui prêter main forte.

Le QCGN avisait la ministre ce matin, lors d’une rencontre avec une délégation de 14 dirigeants communautaires au sujet de son nouveau rôle, que pour entretenir des liens solides avec la communauté d’expression anglaise, le gouvernement provincial doit investir dans l’élaboration de stratégies dans les secteurs et les régions les plus importants.

« Depuis 2013, le QCGN demande la mise en place d’un mécanisme formel au sein du gouvernement du Québec afin que la communauté minoritaire du Québec puisse travailler à augmenter sa vitalité au bénéfice de tous les Québécoises et Québécois », a commenté le président du QCGN, James Shea, en ajoutant que le QCGN est ravi que le premier ministre Philippe Couillard ait nommé Madame Weil et qu’il lui ait confié le mandat de mettre sur pied un Secrétariat.

« Le Québec se joint maintenant aux autres provinces et territoires canadiens dans la création d’une organisation structurée, crédible et outillée à faire une différence auprès de sa communauté minoritaire », a également dit Shea à la ministre Weil, en précisant que le QCGN s’attend à « un Secrétariat solide et doué qui saura s’accommoder aux changements de gouvernements ».

Le vice-président du QCGN, Geoffrey Chambers, qui dirige également le comité des Relations gouvernementales du QCGN, a dit qu’il est essentiel que la nouvelle ministre trouve les moyens d’étendre les services gouvernementaux en anglais à tous les membres de la communauté d’expression anglaise du Québec. Il a ajouté que le QCGN s’attend à ce que la ministre Weil et son Secrétariat élaborent un plan –en partenariat avec la communauté– « qui mobilisera toutes les institutions du gouvernement provincial afin de réaliser le plein potentiel des Québécoises et des Québécois d’expression anglaise ».

« Nous avons déploré pendant des années le manque de représentation de la communauté au sein de la fonction publique; il n’y a pas eu de commentaires de la part de la communauté ni de sensibilité envers elle en matière d’élaboration de politiques gouvernementales », a ajouté Eric Maldoff qui siège au conseil d’administration du QCGN et au comité des Relations gouvernementales.

 

Le Quebec Community Groups Network est un organisme à but non lucratif qui rassemble 53 organismes communautaires d’expression anglaise répartis dans tout le Québec. Centre d’expertise et d’actions collectives fondé sur des données probantes, il cerne, aborde et explore les enjeux stratégiques qui ont des répercussions sur le développement et la vitalité du Québec d’expression anglaise. Le QCGN favorise également le dialogue et la collaboration entre ses organisations membres, les particuliers, les groupes, les institutions et les dirigeants de la communauté.

Pour de plus amples renseignements :
Rita Legault, directrice des communications et des relations publiques | rita.legault@qcgn.ca
Téléphone : 514-868-9044, poste 223 | Cellulaire : 514-912-6555

Le QCGN accueille favorablement la nomination de Kathleen Weil au poste de ministre responsable des Relations avec les Québécois de langue anglaise

Montréal, le 11 octobre 2017. – Le Quebec Community Groups Network accueille avec une grande satisfaction la nomination de Kathleen Weil au poste de ministre responsable des Relations avec les Québécois de langue anglaise. Ses nouvelles fonctions lui permettront de diriger la création d’un secrétariat qui saura répondre aux besoins de notre communauté en matière de politiques et de programmes.

« Mme Weil est une ministre expérimentée qui défendra avec ardeur notre communauté avec ses collègues du Cabinet », a déclaré James Shea, président du QCGN. Il s’est dit très satisfait que le premier ministre Philippe Couillard ait ouvert une importante voie de communication entre notre communauté et le gouvernement. « Cette démarche indique que le premier ministre est à notre écoute. »

« Il est important pour notre communauté d’avoir une personne à qui elle peut s’adresser, et qui comprend vraiment ses besoins et ses priorités », a poursuivi Geoffrey Chambers, vice-président du QCGN, ajoutant que le QCGN entretient d’excellentes relations avec Mme Weil. « Outre d’importants enjeux politiques dans de nombreux domaines, dont la santé, l’éducation, l’emploi, la jeunesse, nous connaissons des problèmes régionaux. La présence d’une ministre responsable de notre communauté et l’existence d’un secrétariat pour l’épauler permettront au gouvernement d’éviter de commettre à nouveau les erreurs du passé dans certains domaines, telles les réformes dans les secteurs de la santé et de l’éducation. »

« Cela fait de nombreuses années que notre communauté demande la présence d’un interlocuteur au sein du gouvernement, a indiqué Sylvia Martin-Laforge, directrice générale du QCGN, précisant que le secrétariat représente un outil essentiel pour obtenir d’importants avis en matière de politiques auprès de notre communauté. « La ministre Weil possède une profonde connaissance de notre communauté, et elle est en mesure de s’atteler à la tâche dès maintenant. »

Cinq leaders communautaires inspirants sont honorés par le QCGN

Montréal, le 19 septembre 2017 – Des membres remarquables issus de la communauté d’expression anglaise du Québec seront honorés à la fin du mois d’octobre pour leur contribution unique et leur leadership communautaire exceptionnel, a annoncé le Quebec Community Groups Network (QCGN) mercredi. Le réseau est heureux de décerner le Prix Sheila et Victor Goldbloom à Clifford Lincoln, à Sid Stevens et Earl De La Perralle, ainsi qu’à James Carter à l’occasion de la 9e édition de la remise de ce prestigieux prix. De plus, Claudia Di Iorio remporte le Prix Jeunes Québécois aux commandes à l’occasion de la 3e édition de ce prix décerné aux jeunes de moins de 30 ans.

« Chacun à leur façon, et dans des domaines fort différents, nos lauréats se sont démarqués en matière de leadership, grâce à leur contribution exceptionnelle à notre communauté des communautés », se réjouit le président du QCGN, James Shea. « Ils sont des visionnaires, dévoués à leur communauté et à leurs causes. Ils inspirent non seulement le changement social; ils en sont les représentants de par leurs actions et leur engagement. »

Clifford Lincoln, un passionné et ardent défenseur de l’équité, est un bâtisseur de ponts, doté d’un pouvoir inouï de rassembleur. Il a été un dirigeant déterminant et inspirant dans les rangs des Cabinets provinciaux et fédéraux, et bien au-delà. Stimulé par un indéniable sens de la justice et habile à équilibrer les besoins et les aspirations de différentes communautés, il a fait et continue à faire une réelle différence dans divers domaines, tels que la défense des droits de personnes d’expression anglaise, l’environnement, l’éducation, les transports en commun, les soins de santé et les services sociaux et les droits des personnes présentant des déficiences intellectuelles.

Le Prix Sheila et Victor Goldbloom sera également remis à nos colauréats, Sid Stevens et Earl De La Perralle. C’est depuis l’âge respectif de 13 et de 9 ans qu’ils cultivent, bâtissent et dirigent l’organisation Jeunesse au Soleil (Sun Youth). Depuis 1954, ce groupe communautaire unique à élaboré des programmes de rue afin de répondre à une vaste gamme de besoins communautaires pour la plupart importants et mal desservis. Ces programmes comprennent des activités sportives et des camps d’été pour les jeunes à risque, des banques alimentaires ouvertes à l’année et d’autres activités de soutien. Le meilleur témoignage de l’efficacité de ce groupe est le nombre de personnes qui retournent à Jeunesse au Soleil en tant qu’adultes bénévoles afin de redonner un peu d’eux-mêmes après avoir reçu l’aide de l’organisme pendant leur jeunesse.

James Carter, pour sa part, a été un défenseur infatigable et efficace de l’amélioration à l’accès aux services de santé et sociaux offerts en anglais. Il demeure un pilier de la communauté, grâce à sa détermination, à sa vision et à ses talents de négociateur qu’il a su entretenir depuis de nombreuses années. Et sa patience a porté fruit; son mentorat, au fil du temps, a exercé une influence positive sur les communautés d’expression anglaise aux quatre coins du Québec. Il exploite de façon stratégique le talent et la passion de personnes qui œuvrent au sein de différentes organisations communautaires, et grâce à ses conseils à la fois réservés et constants, il habilite plusieurs à entreprendre leur rôle de premier plan avec succès.

Claudia Di Iorio, notre lauréate du Prix Jeunes Québécois aux commandes, est une jeune femme brillante, résiliente et courageuse qui a surmonté l’impossible afin de devenir une modèle hautement visible et influente lorsqu’il s’agit de conduite automobile sécuritaire. Au cours de l’été de ses 16 ans en 2010, elle luttait contre des blessures dévastatrices causées par un conducteur aux facultés affaiblies. Depuis 2012, elle agit à titre de porte-parole des coupons Cool Taxi et elle participe à de nombreuses présentations dans des écoles, à des documentaires et accorde des entrevues, en plus de d’agir à titre de porte-parole pour la Fondation Neuro-Trauma Marie-Robert. Reconnaissant son plaidoyer pour la sécurité routière, ainsi que son influence fort inspirante, le gouvernement du Québec l’a invité à siéger au Conseil d’administration de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ). Elle est ainsi devenue la plus jeune membre de l’histoire du Québec à siéger sur le conseil d’une société d’État.

Le Prix Sheila et Victor Goldbloom rend hommage à des personnes qui ont contribué de manière exemplaire à la vitalité et à la réputation de la communauté d’expression anglaise du Québec tout en favorisant la compréhension entre Québécois de différentes origines. Le Prix Jeunes Québécois aux commandes, quant à lui, à été créé par le QCGN, la Fondation Notre Home Foundation et CBC Quebec en 2015 afin de reconnaître et de célébrer les réalisations exceptionnelles de Québécoises et de Québécois de moins de 30 ans.

Les lauréats ont été invités à recevoir leur prix lors d’une cérémonie qui aura lieu le jeudi, 26 octobre 2017 au prestigieux Club St-James, à Montréal. L’événement sera commandité en partie par la Fondation Notre Home Foundation et animé par la journaliste et chef d’antenne de CTV Montreal, Mutsumi Takahashi, qui a récemment reçu le Radio Television and Digital News Association (RTDNA Canada) lifetime achievement award pour plus de trois décennies d’excellence journalistique. Pour plus de détails et pour obtenir des billets, rendez vous au http://qcgn.ca/community-awards/.

Téléchargez une copie du communiqué de presse